CHESD. Serge Tshibangu relève la différence entre le processus de Nairobi et la feuille de route de Luanda

(CHESD. Serge Tshibangu en pleine démonstration de la diplomatie agissante du Chef de l’État. Assis au  milieu, le ministre Patrick Muyaya. Photo Les Coulisses).

Samedi 10 février 2024, poursuivant les réflexions du VIIème séminaire régional, le Collège des Hautes Études de Défense et de Sécurité (CHESD) a accueilli le professeur Serge Tshibangu, Haut représentant du Chef de l’État, Félix-Antoine Tshisekedi. Il a abordé un des aspects de la diplomatie de la RDC sous Félix-Antoine Tshisekedi. Il a affirmé que la moisson est abondante au regard des résultats récoltés tout en soulignant que le combat est rude et qu’il faut s’armer de courage et de patience. Répondant à la question de Nicaise Kibel’Bel Oka, lui aussi intervenant, d’établir la différence fondamentale entre le Processus de Nairobi et la Feuille de route de Luanda, le professeur Serge Tshibangu a fait savoir « le

Processus de Nairobi revêtait deux aspects, militaire et politique appuyé par le président Uhuru Kenyatta pour interagir avec les groupes armés locaux. La Force de l’EAC avait un mandat offensif. Pour des raisons inavouées, la Force n’a pas agi en fonction du mandat offensif. Par contre, la feuille de route de Luanda aborde le conflit existant entre la RDC et le Rwanda. Elle décrit exactement le processus qui doit amener la paix et la stabilité à travers une description claire du cessez-le-feu. Pré-cantonnement pour identifier les Congolais et les non congolais puis le cantonnement à Kindu avant de mettre en action le PDRRCS sur les Congolais uniquement ».

Des terroristes sous le label du M23 qui massacrent les populations congolaises, 90 % sont Rwandais. Le HCR va s’en occuper après l’application de la Feuille de route de Luanda. Serge Tshibangu a souligné le fait que la diplomatie est dynamique ; elle marche en fonction du contexte. Et donc ce qu’on ne voit pas ne signifie pas qu’il n’existe pas. Enfin, il a appelé l’ensemble des participants en revisitant la motivation et l’armement reçu par le régime Kagame à se poser la question suivante : « Le pillage des ressources naturelles de la RDC, le Rwanda le fait seul ou par procuration ? Car, les ressources naturelles pillées servent à la consommation extérieure en suivant la traçabilité des réseaux mafieux qui justifient le nerf de la guerre ».

Il a fini par appeler les auditeurs à être vigilants et à observer l’attitude des voisins de notre pays qui, sous l’influence stratégique du Rwanda, l’ont aidé à la politique de l’encerclement diplomatique (RCA, Brazza, Sud Soudan) pour envahir la RDC. Il a relevé cette politique de deux poids, deux mesures sur l’embargo sur les armes pour les groupes armés de la région sauf pour le M23. Tout a été clair dans les esprits des auditeurs qu’il a eu droit à des applaudissements nourris.

Nous vous donnons la vraie information et nous en payons le prix. Soutenez-nous. Votre contribution financière est attendue. Contact utile : +243 998 190 250 et/ou +243 824 244 844

La Rédaction Les Coulisses

 

About Nicaise Kibel'bel

Check Also

CHESD. Guerre d’invasion de la RDC entretenue et sciemment oubliée. Patrick Muyaya en parle

(Kinshasa. Patrick Muyaya devant les auditeurs du CHESD. La guerre tel que racontée par les …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :