FARDC-UPDF au front. Que reste-il des accusations de massacres de civils mises sur le dos des FARDC?

(Madina avril 2014. Le général Lucien Bauma (en retrait, D. Muhima alors colonel) avec l’UPDF aux bastions des islamistes ADF/MTM conquis par les FARDC. Archives Les Coulisses)

Depuis avril 2014, avec la prise de Madina, QG des combattants de la ville sainte de Médine (Madina at Tauwheed Wal Muwahedeen (ADF/MTM) par les FARDC, l’état-major des FARDC avait pris soin d’inviter l’armée ougandaise sur le lieu afin de s’imprégner de la transformation des ADF, ancienne rébellion ougandaise, en un mouvement islamiste. Lors de ladite visite, de nombreux effets islamistes saisis et découverts furent portés à la connaissance de l’UPDF et de la MONUSCO. Il était clair que les FARDC combattaient un mouvement jihadiste islamiste, rejoignant ainsi les conclusions des investigations du journaliste Nicaise Kibel’Bel Oka. Curieusement, la surprise vint du leader de la communauté qui a perdu de nombreuses personnes. Le leader déclara, pince sans rire, avoir été informé bien avant de la venue des massacres citant nommément le général Akili Muhindo Mundos d’être « A la fois Commandant des FARDC et Commandant des ADF »  mettant ainsi sciemment les massacres sur le dos des FARDC. S’en suivit toute une littérature de diabolisation du pouvoir Kabila et des Rwandais. Au point que ce que la communauté vivait comme réalité ADF fut machiavéliquement nié et mis sur le compte des Rwandais. Conséquence, démobilisation des troupes, intoxication et désinformation, sanctions internationales contre le général Akili Mundos. Ce, jusqu’à ce jour. Le nombre des victimes n’a depuis cessé de croître. Et voilà, toute honte bue, les mêmes personnes présentant une photo prise aux côtés du Chef de l’État Félix-Antoine Tshisekedi se sont vantées de la paternité de la mutualisation des troupes FARDC-UPDF pour combattre ceux qui massacrent leur communauté, les ADF/MTM. En admettant qu’elles aient raison, l’on peut alors leur demander d’expliquer à la communauté nationale toute la diabolisation du  général Mundos, des FARDC et de Joseph Kabila dont ils détiennent seuls le secret. Primo, pourquoi avoir déclaré : « Nous avons l’impression que le pouvoir de Kinshasa s’est donné pour mission d’exterminer tout un peuple ». Secundo, pourquoi avoir désigné le général Akili Mundos et les FARDC comme les tueurs de Beni alors qu’on savait que ce sont des ADF/MTM ? Enfin, qu’est-ce qui a changé aujourd’hui pour que les mêmes leaders conseillent le Chef de l’État Félix-Antoine Tshisekedi de faire entrer l’armée ougandaise sur le sol congolais ? Le Saint Esprit les aurait visités ? A qui profite le crime ? En d’autres termes, en demandant au Chef de l’État d’autoriser l’armée ougandaise de camper sur les falaises du Ruwenzori, on reconnaît officiellement et ouvertement aux islamistes MTM la paternité des massacres de Beni et donc, on détruit l’argumentaire du rapport Yotama qui sollicite la reconnaissance d’un génocide Nande. Nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude. Mentez, mentez… Koffi Olomide avait raison de prêcher : Lokuta ezwaka ascenseur, vérité eyaka na escalier/ Le mensonge prend l’ascenseur là où la vérité prend les escaliers). Plus de 5  mille personnes, toutes ethnies confondues, tuées, près de 3 mille FARDC tombés au front, deux dizaines de casques bleus fauchés, des familles détruites, inconsolables. Qui paiera l’ardoise de toutes ces victimes innocentes et des dégâts causés par des prises de parole d’une irresponsabilité incalculable ? Enfin payer une visite au bourreau désigné, le général Akili Mundos pour demander pardon comme si de rien n’était. Dans quel pays sommes-nous ? Comment peut-on jouer avec tout un peuple de Congolais jusqu’à l’assimiler à des imbéciles ?

Des surprises en étonnement, le Nord-Kivu offre au pays une image d’envoûtement, d’ensorcellement. Un matin, un député se réveille avec une motion contre le Ministre de l’Intérieur l’accusant d’avoir fait entrer les Rwandais au Nord-Kivu. Sans carte de géolocalisation à l’appui, ni aucune preuve. Sommes-nous des êtres normaux en RDC ? Dans le même registre, un jeune homme sorti de nulle part, se permet de paralyser les activités économiques dans la ville au motif que la Police rwandaise se cachait dans les habitations de Goma. Bilan : 2 policiers et 2 civils tués et 3 armes de la PNC ravies.  Ceux qui rêvent de la balkanisation poignardent l’État au visage au grand dam des services de l’ordre. La Rédaction du journal Les Coulisses n’accompagnera jamais ce rabaissement et cet abrutissement qu’on veut imposer à tout un peuple. Qu’on se le dise !

Mathias Ikem

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *