Manifestations anti-MONUSCO. Faire de Bahati Lukwebo bouc émissaire signifie ne pas tirer les leçons de la colère des Congolais

15 personnes tuées dont 3 Casques bleus et de nombreux blessés sans parler des dégâts matériels importants notamment à Goma et à Butembo. Tel est le bilan de deux jours de manifestations populaires dans les villes de Goma et Butembo au Nord-Kivu exigeant le départ de la MONUSCO de la RDC pour inefficacité. Quelles leçons tirer de cette colère qui exprime le traumatisme de tout un peuple au-delà des déceptions et de l’humiliation vécues à travers le comportement de la MONUSCO ? En lieu et place de chercher des boucs émissaires, il faille analyser froidement et essayer de comprendre ce que vit tout un peuple dans sa chair et dans son âme afin de mettre en place des mécanismes du retrait effectif de cette mission. Cette peur entretenue stipulant : « L’armée congolaise n’est pas à même de faire face à tout ce qui se passe à l’est de la RDC » devra cesser. Il faut laisser à la RDC le choix de ses partenaires et la liberté sur les armes et équipements à se doter pour la défense de la patrie.

La sage façon de réagir pour les Nations-unies serait de se poser des questions sur les folles dépenses engagées avec le 1,5 milliard $/an en RDC et de comprendre que la première mission de la MONUSCO ne se résume pas dans des projets QIPS. Prendre Modeste Bahati Lukwebo, président du Sénat congolais comme bouc émissaire serait une fuite en avant, pire une cécité politique. Parce que les Congolais savent que des actes posés par les Nations-Unies sur la RDC sont les signes avant –coureur d’une balkanisation de la RDC.

Tenez !

  • La reconduction de l’embargo sur l’importation des armes à l’initiative de la France n’est pas pour en finir avec l’insécurité à l’est du pays.
  • La déclaration d’impuissance de la MONUSCO le 13 juillet 2022 face à la puissance de feu du M23 est un aveu d’échec. Il faut d’ailleurs remercier Bintou Keita de sa sincérité.
  • Le refus pour la MONUSCO de reconnaître la présence des troupes étrangères aux côtés du M23 sape les efforts de la RDC et le moral des FARDC
  • Le refus de suivre le gouvernement congolais dans la qualification du M23comme groupe terroriste par la MONUSCO est une preuve qu’elle joue une partition contraire et inversée.
  • Le refus de reconnaître les ADF/MTM comme faisant partie de DAECH
  • Le forcing pour négocier avec le M23 et l’insertion de ses membres dans les institutions notamment l’armée
  • Le discours développé sur la haine contre une minorité ethnique faisant de la victime (RDC) le bourreau du M23 en lieu et place de condamner l’agression.

Le peuple congolais qui n’est pas dupe observe, analyse et scrute tous les faits et gestes de la MONUSCO. Il est assez mature pour attendre un quelconque signal de Modeste Bahati Lukwebo pour se prendre en charge. Les Nations-Unies doivent prendre conscience de l’échec voulu et entretenu de la MONUSCO en 22 ans et en tirer les conséquences notamment à travers un calendrier clair de son retrait du territoire congolais. La nature a horreur du vide. Le pape François qui l’a bien compris exhorte : « Congolais et Congolaises, ne vous laissez pas voler votre espérance. » Y-a-il mieux que cela ?

Nous vous donnons la vraie information et nous en payons le prix. Soutenez-nous. Votre contribution financière est attendue. Contacts utiles : +243 998 190 250 et/ou +243 824 244 844

Nicaise Kibel’Bel Oka

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *