ONU-RDC. La fabrique du doute  » Embargo ou pas embargo  » sur les armes

 

(Une arme lourde maniée par les éléments de l’ex-rébellion du MLC. Archives Les Coulisses).

« La RDC est libre d’acheter des armes et de l’équipement militaire auprès de n’importe quel fournisseur de son choix. Toutefois il faut exiger du fournisseur d’écrire aux Nations-Unies pour une prise de connaissance afin que les armes n’atterrissent pas entre les mains des criminels et/ou des groupes armés. » Voilà comment un groupe d’experts des Nations-unies défendaient le point de vue des grandes puissances dans un partage à la Rédaction centrale du journal Les Coulisses juste avant l’offensive du Rwanda et de l’Ouganda sur Bunagana. L’un d’eux ajoutait même : « Lorsqu’on crie que la RDC est sous embargo, ce qui est faux, cela contribue à démoraliser vos troupes au front. » Un troisième justifiait même cette décision des Nations-unies en ces termes : « On ne peut pas garder les armes sous des tentes au risque de les remettre gratuitement aux ennemis en cas d’attaques et/ou de fuite des FARDC. Pour une armée moderne, les armes doivent être gardées dans des casernes sécurisées. Or, la RDC ne dispose pas de casernes et donc, est appelée à construire des casernes qui répondent à une protection digne. Les camps militaires de la RDC sont des poudrières. Ils ne sont pas sécurisés. La RDC doit construire des bunkers pour se sécuriser. » En attendant, vive l’embargo et les agressions répétées du Rwanda et de l’Ouganda. Comment faire confiance aux personnes qui ont longtemps nié même le terrorisme islamiste en RDC même alors que le Secrétaire général de l’ONU l’a reconnu ?

Le Conseil de sécurité des Nations-unies brandissent une panoplie de raisons pour refuser à un pays souverain de disposer des moyens de se protéger et de se défendre contre toute velléité des voisins. Il semble que toutes ces précautions sont prises pour nous protéger et surtout pour que les groupes armés ne somalisent pas le pays. L’on peut scruter sur l’identité de ceux qui décident à la place de la RDC de ce qui est mieux pour un pays en guerre depuis de décennies. L’on comprend que pour les grandes puissances, la RDC doit disparaître dans sa forme actuelle. Depuis la décennie 90, elles ont soutenu les rébellions sous-traitées par nos deux voisins de l’est, les ont appuyées en armes de guerre et munitions. Faisons un exercice simple de mémoire et demandons aux marionnettes congolaises (RCD/Goma, MLC, RCD/K-ML, RCD/National, RCD/Congo, UPC, CNDP et aujourd’hui M 23) les identités de leurs fournisseurs en armes et équipements et où sont parties ces armes après qu’elles ont rejoint le 1+4 pour comprendre le plan de la balkanisation de la RDC exécuté à l’interne comme par l’extérieur. L’embargo contre la RDC est un enjeu géopolitique et géostratégique. Le Secrétaire général des Nations-Unies l’a confirmé en reconnaissant la puissance de feu du Rwanda qui paralyse même les casques bleus de l’ONU en RDC. Quand vous contrôlez les armes, vous avez tous les ennemis en amis, dit un adage. C’est le cas avec Paul Kagame, ami de la France, ami de Paris saint germain (PSG), d’Arsenal, de la Francophonie, de la Belgique, de la Russie, de Sassou, de Touaguera, de Maky Sall, de l’Union africaine.

Embargo désigne une mesure administrative visant à empêcher l’exportation d’une marchandise, la libre circulation d’un objet. Lorsqu’une marchandise dûment payée et remplissant toutes les conditions d’importation pour atteindre la destination RDC est bloquée, on parle d’embargo sinon qu’on donne un autre qualificatif. Peuple congolais, protégeons ce qui nous unit.

Nous vous donnons la vraie information et nous en payons le prix. Soutenez-nous. Votre contribution financière est attendue. Contact utile : +243 998 190 250 et/ou +243 824 244 844

Nicaise Kibel’Bel Oka

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *