Ouganda. M7 nomme son fils Muhoozi à la tête des forces armées. Prélude à sa succession ?

(Le président Museveni et son fils, le général d’armée et Chief commander UPDF Muhoozi Kainerugaba. Photo tiers).

Kampala. Le général de Brigade FM Kulayigye, porte-parole de l’UPDF, a rendu public lee 2& mars 2024 un communiqué de nomination de huit officiers généraux et supérieurs de Uganda People Defence Force’s (UPDF) dont le fils du président Museveni, le général d’armée Muhoozi Kainerugaba (49 ans) qui prend le commandement de l’armée ougandaise après avoir commandé les Forces spéciales, les Forces terrestres et occupé d’autres fonctions stratégiques.

Pour de nombreux analystes, c’est la concrétisation de la vision du président Museveni gagné par le poids de l’âge (selon l’Église catholique de l’Ouganda 78 ans mais l’on sait qu’il en a plus).

On peut tout dire, le président Museveni, qui ne fait jamais les choses à moitié, a réellement préparé son fils à lui succéder. Au cas où…

En bon révolutionnaire, il a envoyé son fils dans les meilleures écoles militaires du monde notamment aux États-Unis (même école qui avait accueilli en son temps Paul Kagame et qui a déjà donné quatre Chefs d’État). Liant la théorie à la pratique, il l’a envoyé dans tous les fronts militaires (Soudan du sud, Somalie, LRA) pour le former à la bravoure et à l’endurance du caractère face aux réalités de la vie du bon soldat.

Objectif poursuivi : rompre avec la vieillesse classe et charmer la jeunesse

Le général Muhoozi est un patrimoine de son père. Intelligemment, le président Museveni a mis à la retraite tous ses compagnons de lutte et a nommé dans des postes politiques notamment dans les institutions les anciens chefs d’états-majors avec des salaires triplement supérieurs pour qu’ils n’y aient pas le temps de revendiquer. Pour rompre avec les vieilles pratiques de vieux maquisards de la NRM, Museveni a laissé son fils, le général Muhoozi la plénitude de créer son propre parti politique, MK Movment.

Dans cette stratégie, le général Muhoozi Kainerugaba finance des jeunes promoteurs et mécènes du show buzz. En drainant la jeunesse vers ses ambitions, il compte faire face à une bonne frange de la jeunesse qui suit l’opposant et artiste musicien Boby Wine. Question de montrer qu’il a rompu avec la vieille garde de son père et la NRM. De la sorte, il soigne son image d’un chef qui connaît les problèmes de la jeunesse ougandaise qui veut et tient au changement. Il vise les élections de 2026 au cours desquelles il pourrait se présenter comme une soupape de sécurité pour son père ou pour lui-même au cas où…

Une nouvelle donne dans la continuité

Avec le général Muhoozi Kainerugaba, c’est un changement d’attitudes et d’approches géopolitiques dans la continuité. Il a l’avantage de mieux comprendre les rouages de la gestion de l’Ouganda et grâce à son père, il dispose d’un carnet d’adresse avec ouverture sur les amis de son père, Britanniques, Israéliens et Américains. Il sait soigner son image, mis à part ses sorties médiatiques intempestives sur twitter.

Rarement, l’occident ne parle (en mal) de lui. Il est une garantie sûre genre chèque en blanc pour les amis de son père. Car, avec ou sans son père, les investisseurs Indo-pakistanais qui brassent des millions de dollars $ en Ouganda pour le compte des Anglo-saxons se sentent toujours en sécurité.

Très lié à Paul Kagame

Il y a deux points communs qui lient les deux régimes fraternels du Rwanda et de l’Ouganda, à savoir le pouvoir se gère à travers l’état-major (et donc l’armée) et surtout le renseignement militaire. Deux, la défense de la « minorité Tutsi » et le soutien aux rebelles du M23. Sur ce point précis, Museveni comme son fils soutiennent l’agression rwandaise de la RDC et surtout n’apprécient pas la venue de la force de la SADC. Le fils Museveni est très lié au président rwandais qu’il appelle affectueusement « oncle » et lui voue une admiration le plaçant au rang des modèles à suivre.

En témoignent ses prises de position en faveur de Kagame face à l’agression rwandaise de la RDC. Certes, le général Muhoozi n’a jamais visité Kinshasa par lui-même ou en invité d’honneur.

En combattant bien formé et rôdé au front, le général Muhoozi est un rempart pour les Occidentaux dans la protection d’un Sud Soudan encore fragile et de la Somalie. Sur ce point, avec ou sans son père au pouvoir, le général Muhoozi peut toujours compter sur le financement des grandes puissances anglo-saxonnes et de la France à travers Total Énergies.

Nous vous donnons la vraie information et nous en payons le prix. Soutenez-nous. Votre contribution financière est attendue. Contact utile : +243 998 190 250 et/ou +243 824 244 844

Nicaise Kibel’Bel Oka

 

 

About Nicaise Kibel'bel

Check Also

Agression du Congo. Agression de l’Ukraine. Guerre à Gaza. Quelle est la part de Dieu dans tout ce drame !

(Goma/RDC. Camp des déplacés ayant fui les attaques de l’armée rwandaise dans le Rutshuru. Photo …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :