RDC. 2ème mandat. Félix Tshisekedi face aux défis sécuritaires à l’est et de l’impunité dans les FARDC et la PNC

(Goma. Le général Bruno Mpezo. Photo archives).

Le général-major Michel Mabondani Shora a été nommé à titre intérimaire à la tête de la 34ème Région militaire en remplacement du général Bruno Mpezo Mbele, interpellé et acheminé à Kinshasa par la hiérarchie pour manquements graves à la discipline et au devoir. Occasion indiquée pour le ChefEMG Christian Tshiwewe de procéder à une légère mise en place dans d’autres régions militaires notamment à la 32ème Région militaire (Ituri) et à la 13ème Région militaire

« Crains la boisson. Car, tu as besoin de ton prestige pour être obéi, évite le jeu, la probité y sombre, surveille

l’emploi des deniers destinés à tes hommes, ton honneur est en cause, ne t’abandonne pas à la femme. Car, elle est le danger des vaillants ». Le premier article de l’année 2024 commence avec cette sagesse du français Blaise de Montluc.

Le 24 décembre 2023, le général-major Bruno Mpezo Mbele, commandant 34ème Région militaire (Nord-Kivu) était embarqué dans un avion pour Kinshasa avec sa secrétaire, une PMF capitaine. Le 30 décembre 2023, le général-major Sylvain Ekenge Efomi, porte-parole des FARDC fit un communiqué avec les détails de l’arrestation du général Bruno Mpezo Mbele : « Il est reproché à cet officier général (…) la mauvaise gestion des ressources humaines mises à sa disposition. (…) La Justice militaire est d’ores et déjà saisie pour approfondir les investigations sur ce dossier et établir les responsabilités »

En des termes clairs et selon des sources fiables, le commandant 34ème Région militaire aurait détourné de l’argent destiné aux militaires au front contre le Rwanda.

Il nous revient à la Rédaction du journal Les Coulisses que le général commandant 34ème Région militaire aurait créé un axe (imaginaire) avec des effectifs fictifs au front pour justifier les frais qu’il ponctionnait sur les soldats et qu’il empochait à son compte personnel. Comment un officier peut-il se permettre de laisser une passoire à l’ennemi en faisant croire qu’il déployait la troupe sur cet axe ? Et ce, en temps de guerre avec des menaces permanentes de prendre Goma !

Un tel acte s’apparenterait à la haute trahison au moment où la RDC fait face à une agression injuste de son voisin, le Rwanda.

D’autre part et peu avant, une source crédible a déclaré à la Rédaction du journal Les Coulisses qu’au mois de novembre 2023, un général FARDC, en état d’ébriété avancée, avait abandonné le front à l’ennemi RDF avec tous ses soldats. Il s’enivrait régulièrement avec ses soldats à l’alcool indigène (lotoko et/ou Kasiks/Kindingi) servi en toute discrétion par l’ennemi RDF. Il serait aux arrêts. Voilà pourquoi la Rédaction souligne le rôle de l’action morale du commandant dans un territoire conquis et assiégé par l’ennemi.

Constat amer. Ce sont les mêmes officiers qui se plaignent à longueur des journées qu’ils ne reçoivent pas de solde de Kinshasa alors qu’ils détournent sans pitié la ration des soldats au front. Souvent ce sont les mêmes qui refusent des partages d’informations avec des journalistes spécialisés dans les questions de défense et de sécurité.

L’année 2024. Le président Félix-Antoine Tshisekedi commence son second mandat avec un grand défi parmi tant d’autres, celui de la sécurité qui implique une offensive généralisée contre la RDF au risque d’entrer officiellement en guerre contre le Rwanda.

En 2019, au début de son premier mandat, le président de la république a fait un constat amer à l’étape de Beni sur les effectifs militaires (gonflés) au front contre les islamistes ADF/MTM.

En 2021, les frais débloqués par le Trésor public concernant le fonctionnement de deux provinces sous état de siège avaient été détournés par certains hauts responsables dans l’échelon des FARDC.

En 2021, la chute de Bunagana répondait d’un cafouillage, d’insuffisance d’effectifs au front et de la haute trahison des commandants FARDC.

En 2023, l’intoxication et la manipulation sur la solde des FARDC fut l’élément déclencheur du refus de combattre et de mourir en lieu et place des FARDC du contingent burundais sur l’axe Sake. Ces faits faits nuisibles à la bonne marche des opérations militaires sont souvent l’œuvre de certains officiers malheureusement opérant dans l’impunité totale.

Si on peut mettre tous ces actes qui ont nui à la république au compte de la fragilité du premier mandat de Félix –Antoine Tshisekedi qui aurait hésité à prendre des sanctions exemplaires à l’encontre des hauts responsables de l’armée nationale, il n’y aura pas d’excuses durant le second mandat.

Félix-Antoine Tshisekedi, Chef de l’État et Commandant suprême des FARDC et de la PNC, devrait sanctionner et sévir avec toute la rigueur de la loi au besoin instituer la Cour martiale. Il a été largement réélu pour mettre fin à l’aventure du Rwanda sur le sol congolais.

Ces quelques exemples parmi tant d’autres montrent qu’il y a du travail à entreprendre dans notre armée et que les équipements, à eux seuls, ne suffisent pas pour protéger le peuple et l’intégrité du territoire national. Un défi pour Félix-Antoine Tshisekedi. Et pour toute la nation.

Même si les militaires ne sont pas recrutés dans des grands séminaires pour donner l’exemple de moralité et de discipline, l’armée doit être une sorte de monastère patriotique par où passent les jeunes gens de toute condition pour la formation du caractère, du civisme et du patriotisme. Les officiers en missions opérationnelles ne devraient plus par exemple dormir plus de 24 heures dans des hôtels tout en sachant que les hôtels sont des lieux du renseignement et d’infiltration avec le double des clés ? Et qui reçoivent-ils la nuit ? Ne répondez pas, je vous en prie. Ailleurs, la guerre rend chastes les soldats. Les FARDC doivent l’apprendre si l’on veut éviter les infiltrations.

Nous vous donnons la vraie information et nous en payons le prix. Soutenez-nous. Votre contribution financière est attendue. Contact utile : +243 998 190 250 et/ou +243 824 244 844

Mathias Ikem

 

About Nicaise Kibel'bel

Check Also

CHESD. Guerre d’invasion de la RDC entretenue et sciemment oubliée. Patrick Muyaya en parle

(Kinshasa. Patrick Muyaya devant les auditeurs du CHESD. La guerre tel que racontée par les …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :