RDC. 8 mars en territoire sous occupation rwandaise. Le M23 interdit aux femmes le port d’un habit noir

(Les rebelles du M23/RDF festoient le 8 mars en compagnie de quelques femmes à qui on a exigé de sourire. Photo tiers)

La journée internationale des droits de la femme n’a pas été célébrée de la même façon sur toute l’étendue du territoire congolais. Dans les territoires sous occupation rwandaise notamment au chef-lieu du territoire de Rutshuru, les rebelles du M23 ont interdit à toute femme de porter un habit de couloir noire la journée du 8 mars 2024. Obligation a été faite aux femmes d’assister à leur meeting avant de vaquer tout autre occupation. Pour la RDF/M23, il est strictement interdit aux femmes de porter la couleur noire parce qu’« Elles

sont déjà libérées et doivent le témoigner par un visage radieux et un sourire ». Quelques femmes se sont effectivement rendues sur le lieu et ont pu festoyer aux côtés des rebelles arborant ce sourire forcé.

A Rutshuru, raconte une source fiable qui a joint la Rédaction centrale du journal Les Coulisses, les rebelles ont contraint la population à certaines restrictions notamment pour l’heure d’ouverture des terrasses (8 heures à 17 heures). « C’est un régime de terreur qui tourne autour des taxes que nous subissons. On en peut rien. Il y a par exemple la taxe imposée à tout cultivateur de payer 6 mille francs congolais sur chaque sac de maïs récolté. Et ce, malgré toutes les souffrances et les dépenses engagées. Il y a aussi une obligation tacite pour les filles et femmes d’accepter les rapports sexuels sous la contrainte lorsqu’elles sont sollicitées. Refuser les mettrait dans une situation d’insécurité. Certains déplacés, n’ayant pu supporter les conditions de vie intenables dans les camps à Goma, sont retournés malgré eux dans leurs milieux d’origine ». Naturellement, le M23 s’enorgueillit.

Une autre source interrogée sur la vie dans les territoires congolais sous occupation rwandaise raconte : « Dans les zones sous occupation, les officiels visibles sont des personnes que nous connaissons, des Congolais mais la troupe sur la ligne de front, ce sont des Rwandais. Ceux-là évitent tout contact avec la population. Les rebelles contrôlent tout mouvement de la population et interpellent toute personne qui se déplace pour Goma à l’aller et à son retour sur le déroulement de son séjour à Goma ».

Enfin, une source qui s’est présentée comme déserteur parle du « Lavage de cerveau dans le maquis par des instructeurs rwandais avec comme mot d’ordre d’être sans pitié à l’égard de toute personne assimilée aux Hutu rwandais ».

L’agression rwandaise passera comme un ouragan sans déraciner les herbes qui, le temps venu, se redresseront après le passage de l’ouragan. Comme on peut s’en rendre compte, on ne libère pas un peuple par la force, sans son consentement.

Nous vous donnons la vraie information et nous en payons le prix. Soutenez-nous. Votre contribution financière est attendue. Contact utile : +243 998 190 250 et/ou +243 824 244 844

Justin Honlay

 

 

About Nicaise Kibel'bel

Check Also

RDC. Vernissage de 3 tomes du  » Recueil annoté des Résolutions de l’ONU sur la RDC (1960-2023)  » de Julien Paluku Kahongya

(Kinshasa. Cérémonie du baptême du livre. Julien Paluku, Christophe Lutundula, Vital Kamerhe. Photo tiers). L’ouvrage …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :