RDC. Adieu professeur Aimé Kayembe Malu

« Mon cher Nicaise, tu n’arrêtes pas de me surprendre. J’ai besoin que tu m’expliques comment tu procèdes dans ton journalisme d’investigation par hypothèse ». Ces mots de mon confrère et ami, le professeur Aimé Kayembe Malu sonnent encore aujourd’hui dans mes oreilles. Au centre catholique Nganda, le professeur Aimé Kayembe, homme des sciences insatisfait, vint me voir après avoir lu un de mes livres que je lui avais donné en cadeau. En effet, lors du dernier Congrès de la presse tenu au centre catholique Nganda en janvier 2022, le professeur Aimé Kayembe Malu qui a joué un rôle de premier plan vint me voir dans ma chambre. Il avait cette soif qui ne le quittait pas depuis que je l’ai connu d’apprendre. Il tenait à apprendre dans les moindres détails comment on fonctionne dans l’investigation par hypothèse. Il sollicita et obtint sans surprise l’autorisation d’enregistrer mes propos. Ainsi pendant une bonne heure, le professeur Aimé Kayembe Malu me posa des questions et m’enregistra sur les procédés de l’investigation par hypothèse. Toujours au centre Nganda, il n’hésitait pas de me présenter à ses anciens étudiants devenus journalistes : « Ce

monsieur m’a encadré au journal Umoja ». Certes, il n’était plus cet homme flamboyant que j’avais connu mais il gardait son flair. Au dernier jour, nous sommes restés pendant un bon moment dans un partage sur des sujets divers et diversifiés jusqu’à ce son fils vienne le récupérer. Une amitié de longue date, dira-t-on. C’est au journal Umoja de Léon Moukanda Lunyama que nous reçûmes en 1993 l’étudiant Aimé Kayembe comme stagiaire. Raymond Luaula, notre Rédacteur en chef, pesa de tout son poids pour son admission car notre patron, pour des raisons évidentes, montrait une réticence pour les étudiants stagiaires à la Rédaction. Aimé Kayembe me fut confié pour son encadrement notamment sur l’écriture journalistique. Le stage passé avec brio, Aimé Kayembe fut directement intégré dans notre équipe rédactionnelle du 28, avenue Bukeye à Matonge. Jovial, Aimé Kayembe introduisit de l’animation et l’humour au sein de cette Rédaction. Il pouvait taquiner avec chaleur Robert Akoy qui le malmenait à l’ISTI à l’époque de la jeunesse estudiantine, commenter la musique de Koffi Olomide avec ses danseuses dont l’une était de son quartier Yolo mais aussi débattre des questions de politique internationale. Il avait un zèle pour les mots nouveaux et maniait avec aisance son expression parlée. Raymond Luaula, Mike Katambwa, Dieudonné Mbuyi, Patrick Banichay, pap’Azo, Robert Akoy, Nicaise Kibel’Bel Oka, Eyupar, Ernestine, Léon Moukanda Junior, Médard Ndinga Masakuba –alias Archevêque, monsieur Athy A’hoi, notre caricaturiste Makonga le démocrate, le vieux Pierre Mumbele (géniteur de Stervos Niarkos qui nous dépannait de temps en temps) et l’ensemble de l’équipe technique dont Edgard Mawunga et Mambu… la belle époque du groupe de presse Umoja et La Renaissance avec sa rubrique « Explosion » de chaque samedi. Léon Moukanda Lunyama est mort avec sa marque. Ainsi donc, chacun vola de ses propres ailes, choisissant le chemin que le destin avait tracé pour lui. Dans sa quête du savoir, Aimé Kayembe alla s’abreuver aux Facultés catholiques où il obtint son doctorat. Professeur ordinaire, Aimé Kayembe enseignait le journalisme et la communication à l’IFASIC et dans d’autres universités. Il est décédé mardi 14 février 2023 à Kinshasa. Que le Seigneur accueille son âme dans son royaume.

Nous vous donnons la vraie information et nous en payons le prix. Soutenez-nous. Votre contribution financière est attendue. Contact utile : +243 998 190 250 et/ou +243 824 244 844

Nicaise Kibel’Bel Oka

About NICAISE KIBEL'BEL OKA

Check Also

RDC/Kiwanja. Un agent de la MONUSCO fait appel à la police du M23 dans un litige

(Cité de Kiwanja dans le Rutshuru au Nord-Kivu. Photo archives). Samedi 18 mai 2024. Kiwanja/Rutshuru. …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :