RDC Africa Business Forum. Min. Paluku: « Faire de la RDC l’épicentre de la production des voitures électriques »

« Faire de  la République démocratique du Congo une destination aisée pour investir. Avec tous les minerais dont dispose la RDC notamment le cobalt, le colombo tantaline et le lithium qui interviennent dans la fabrication des véhicules électriques et au regard de sa position géostratégique (le revolver de l’Afrique dont parlait F. Fanon), l’option est levée de faire de la RDC la chaîne de valeur régionale impliquant tous les pays africains qui exportent les minerais à l’état brut. » Naturellement, la RDC n’est pas le seul pays en Afrique à disposer de ces minerais. On compte le Botswana, le Mozambique, la Tanzanie, Madagascar, etc. Raison pour laquelle le forum devient une activité phare de l’Union africaine appuyée par la Commission des Nations-unies dont la Banque africaine de Développement (BAD) est l’un des leviers dans le financement de l‘économie de l’Afrique.

Le ministre de l’Industrie, Julien Paluku Kahongya l’a fait savoir à la presse lundi 22 novembre 2021. Dans la vision du Chef de l’État Félix-Antoine Tshisekedi et du gouvernement des warriors, le forum sert à : « Fixer tous ces indicateurs à l’opinion nationale et internationale pour que la RDC soit au cœur de cette transition/transformation énergétique. Car, face à la demande mondiale de voitures électriques (145 millions de voitures en 2025), la RDC ne peut plus continuer à observer ce vaste marché sans en tirer profit. Le Forum vise à appeler toutes les intelligences financières pour qu’ils comprennent que la RDC est la meilleure destination. »

C’est tout un marketing attractif que le gouvernement Sama engage dans la tenue dudit forum. Le ministre de l’Industrie s’est donné ce devoir pédagogique d’expliquer à la population le bien-fondé de ce forum et la plus-value à tirer pour les populations congolaises, aujourd’hui et dans l’avenir. Le message que le gouvernement Sama tient à transmettre aux participants venus de quatre coins du monde est clair. Julien Paluku Kahongya l’a répété devant la presse à Kinshasa retransmis en direct à la RTNC : « L’investissement en RDC coûte trois fois moins cher qu’ailleurs. Au regard de la disponibilité des ressources, il est impérieux que la transformation se fasse en RDC. Il faudra arriver à signer des contrats entre les intervenants, les acheteurs et les sociétés financières. La RDC offre déjà une possibilité de monter une usine pilote à Lubumbashi pour capter les productions de cobalt et de lithium afin d’amener les intervenants à cesser d’exporter les minerais à l’état brut et à les transformer sur place. »

Le ministre de l’Industrie, Julien Paluku Kahongya est convaincu que sous l’impulsion du Chef de l’État Félix-Antoine Tshisekedi, la RDC est capable d’offrir au  monde des solutions à des catastrophes mais également au développement. D’où cette question interpellative : « Comment donner de la valeur ajoutée aux batteries électriques ? » La réponse se trouve dans la construction des rêves en partant des expériences sous d’autres cieux notamment de 4 Dragons asiatiques. Mais dans tout cela, sans la volonté politique, rien ne peut aller. Puisque la volonté politique est ainsi exprimée, pourquoi ne pas rêver grand ? Les matières dont dispose la RDC sont des ingrédients pour réussir le développement. Ce grand rêve doit être nourri par l’engagement de tous, a renchéri le ministre de l’Industrie. Il permettra de créer de l’emploi et de la richesse sur place. Mais également à en finir avec ce contraste de pays potentiellement riche à la population extrêmement pauvre.

Julien Paluku Kahongya, à la suite du Chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi, appelle la population congolaise à accompagner son gouvernement, rappelant que la RDC détient 80% du cobalt mondial (matière principale des véhicules électriques) pour une valeur estimée de richesses de 24 mille milliards de dollars $. Au-delà de ces minerais, la RDC dispose de 17 blocs pétroliers et gaziers. Le ministre Paluku Kahongya invite le Congolais à quitter l’inaction, le doute et le désespoir : « En le faisant, nous ferons de la RDC une véritable locomotive du développement de l’Afrique et nous mettrons fin à cette économie du conflit qui nous étrangle. » De ce fait, la chaîne de valeurs devra interpeller tout le monde et nous amener à changer notre vécu quotidien avec l’installation des unités de transformation à travers le pays. Cette manne doit nous amener à la transition vers les énergies renouvelables. Afin que la RDC soit le pays solution, l’épicentre de l’industrie des batteries électriques. Que la messe soit dite !

Nicaise Kibel’Bel Oka

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *