RDC. Après les élections, la RDF/M23 vise un référendum d’autodétermination de Masisi et Rutshuru par les armes

(Les rebelles du M23 dans le Rutshuru sous occupation. Photo tiers).

Que se passera-t-il si Félix Tshisekedi est réélu le 20 décembre 2023 ? Un référendum d’autodétermination d’une partie du Nord-Kivu à organiser par les armes, déclare la main sur le cœur une source fiable au sein du M23. Et si c’est un autre candidat ? Les négociations avec le président élu pour appliquer l’accord du 23 mars 2009.  Les FARDC doivent se préparer à la guerre pour récupérer les deux territoires sous occupation rwandaise.

Le 22 novembre 2023, autour de la cité Mweso, la RDF s’est affronté aux FARDC. Avec de nombreuses victimes de part et d’autre. La RDF contrôle désormais Mweso dans le Masisi. Au même moment, une vidéo circulait dans les réseaux sociaux où l’on voit un griot rwandais vanter et égrener les noms de « ses enfants » commandants combattant dans les rébellions rwandaises au Kivu restés dans les rangs du M23. Chaque jour, on observe des colonnes de populations fuyant leurs villages pour s’entasser dans des camps des déplacés autour de Goma. Et chaque jour, on signale la présence des corps étrangers venant du Rwanda voisins pour occuper les espaces abandonnés. L’analyse minutieuse de ces deux images rejoint les prétentions sur le projet

de référendum d’autodétermination mené par le Rwanda sur les deux territoires de Masisi et Rutshuru.

En effet, la stratégie du Rwanda de Kagame est simple : presser des attaques à l’est pour pousser les populations de Rutshuru et Masisi vers Goma. Ensuite, mener des combats à travers les réfugiés installés sur le champ de bataille depuis 2013 en remplacement des populations autochtones ayant fui. C’est ce qui explique le front Mweso à une centaine de kilomètres de la ville de Goma mais également le front Kinyandoni sur l’axe Kiwanja-Mabenga.

EAC Force régionale, courtier du projet de balkanisation ?

En se référant au sort réservé au Soudan aujourd’hui coupé en deux pays, l’on peut croire que les pays de l’EAC (anglophones dans leur ensemble) exécutent (malgré eux et sous pression) un plan bien concocté par les grandes puissances sur la RDC. Les pressions exercées sur le Kenya affaiblissant ainsi la Force régionale ont donné davantage de l’espace d’occupation aux sujets rwandais à déverser au Kivu sous couverture des rebelles du M 23. Le déploiement des troupes kényane, ougandaise et burundaise était en soi une bonne initiative mais il répond à cette logique de jouer au sapeur-pompier. D’abord la MONUSCO avec toute une batterie de contraintes pour cacher son inefficacité à ramener la paix. A Kiwanja et à Kitchanga, la MONUSCO cohabite avec la RDF/M23 tout en faisant croire qu’elle est capable de mener une opération « Springbok » avec les FARDC. Sans l’aval de Washington.

Au nom du principe « Preemptive defence », Kigali envahit régulièrement le Nord-Kivu et déverse la partie indésirable de sa population arguant que les FDLR sont au Kivu. Sur base de cette stratégie, les États-Unis tiennent coûte que coûte à imposer à la RDC de négocier avec Kigali.

Le Soudan peine malgré la naissance du Sud-Soudan

Comme dans le cas du Soudan, la SPLA, champion de l’unité nationale, a curieusement basculé à la création d’un Sud-Soudan indépendant. Plutôt d’un Soudan libéré à partir des réformes dans un État existant. Pour cela, il aura fallu l’élimination physique de John Garang dans un mystérieux crash d’hélicoptère en Ouganda et un référendum d’auto-détermination sous contrainte des États-Unis. Malgré ce nouvel État, le Soudan connaît toujours la guerre qui dévoile ouvertement une volonté soutenue de l’autodétermination du Darfour. Cette stratégie comme celle appliquée à la RDC répond du plan de dépeçage des grands pays en Afrique, et donc la RDC.

L’Union africaine est tellement dépendante des Occidentaux qu’elle ne saurait indéfiniment soutenir le principe d’intangibilité des territoires et ne pas céder à la demande renouvelée de l’autodétermination des populations soutenues par Kigali et Kampala.

Nous vous donnons la vraie information et nous en payons le prix. Soutenez-nous. Votre contribution financière est attendue. Contact utile : +243 998 190 250 et/ou +243 824 244 844

Mathias Ikem

About Nicaise Kibel bel

Check Also

CHESD. Guerre d’invasion de la RDC entretenue et sciemment oubliée. Patrick Muyaya en parle

(Kinshasa. Patrick Muyaya devant les auditeurs du CHESD. La guerre tel que racontée par les …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :