RDC/Cacao. De l’Auditorat au Parquet de Goma. la multinationale anglaise ESCO déterminée à faire taire le journaliste Kibel’Bel Oka

(Cultivateurs du cacao. Choisir entre le business et la mort dans le Ruwenzori. Photo tiers).

« Est invité à se présenter au Parquet Général près la Cour d’Appel du Nord-Kivu (…) le Vendredi 1er juillet 2022 à 10 h30, pour besoin d’instruction du dossier dont numéro sus référencé » Tel est le contenu de l’Invitation RI 076/PG/PAT signé l’Avocat général Patrick Céleste Tshiefu Muloomba adressée au journaliste Nicaise Kibel’Bel Oka. Selon les indiscrétions de la plaignante ESCO-Kivu, il s’agit vraisemblablement de l’affaire du cacao de Beni. Sauf changement, la multinationale anglo-irlandaise Edmond Schluter & Co -ESCO reviendrait à la charge contre le journaliste qui avait mené des investigations sur le volume croissant des exportations du cacao de Beni en période de grandes tueries de la population par les ADF/MTM. A travers Paluku Matumo Jacques, ESCO-Kivu avait porté plainte contre le journaliste Kibel’Bel Oka (tout civil qu’il est) à l’Auditorat militaire supérieur du Nord-Kivu. Le 9 février 2021, soit 3 mois avant l’État de siège, Kibel’Bel Oka fut entendu sur P.V à l’Auditorat militaire supérieur durant 4 heures sur les accusations d’infractions d’incitation des militaires FARDC à commettre des crimes, incitation à la haine raciale et diffamation mises à sa charge suite à l’article du journal Les Coulisses publié le 7 janvier 2021 faisant état de fraude de cacao par ESCO-Kivu. Nicaise Kibel’Bel Oka a fait constater qu’en fait de plainte, il s’agissait du droit de réponse dénommé les « 8 mensonges » de la multinationale ESCO-Kivu distribué dans les réseaux sociaux par Jacques Paluku Matumo et que le journal avait fini par publier. Bien plus, revenant sur la qualification des infractions, Nicaise Kibel’Bel Oka a démontré qu’il n’y avait aucune accusation contre les FARDC. Bien au contraire, par ses investigations et publications, il était le défenseur attitré des militaires FARDC engagés dans les opérations contre les terroristes ADF/MTM et qu’en outre, Paluku Makumo étant (Nande) Congolais comme lui, l’incitation à la haine raciale ne se justifiait pas. Depuis ce jour du 9 février 2021, l’Auditorat militaire supérieur du Nord-Kivu n’a plus appelé l’affaire. Toutefois, la multinationale ESCO-Kivu a monté certains notables du territoire de Beni contre le journaliste Kibel’Bel Oka. Le 15 janvier 2021, un certain Paluku Batholeni Wilson signant président de la société civile du Ruwenzori s’est pris au journaliste. Le 21 janvier 2021, l’ONG CRDH qualifiait Nicaise Kibel’Bel Oka de « manipulateur rusé comme le serpent d’Adam et Eve. » Continuant dans cette haine contre le journaliste dont le seul tort est d’avoir mené des investigations sur le cacao en période de grandes tueries, le 18 février 2021, la FEC/territoire de Beni adresse une lettre au gouverneur du Nord-Kivu, Carly Nzanzu Kasivita accusant le journaliste Kibel’Bel Oka d’incitation à la haine et de campagne de diabolisation des entreprises de Beni. Or, le 11 janvier 2021, la Véranda Mutsanga, se définissant comme groupe de pression à Beni, notait avec sérénité : « … Avons parcouru avec intérêt votre droit de réponse dans lequel nous n’avons rien trouvé comme réponse au point où Nicaise Kibel’Bel Oka a fait mention du rapport des Nations-Unies (S/2020/1283) ». Le maire a.i. de Beni réagissant contre la Véranda Mutsanga annonça qu’il fallait attendre le procès à l’issue de la plainte (qui n’existait pas encore) contre Kibel’Bel Oka. On fit taire les membres. Tous ces faits montrent la puissance du lobby mis en place pour traquer la vérité. Mais la vérité est têtue. Elle prend toujours les escaliers pour y arriver.

Les enquêtes du procureur de Beni, Philippe Itumbo ouvrent la boîte de Pandore

Le procureur de la république près le Tribunal de Grande Instance de Beni, Philippe Itumbo Magiko mène ses enquêtes indépendamment des résultats des investigations du journaliste Kibel’Bel Oka découvre des faits graves sur les agissements de la multinationale anglo-irlandaise ESCO. En 3ans, « plus de 25 millions de dollars $ sortis des comptes bancaires d’ESCO-Kivu sont passés par contrebande pour servir à acheter le cacao vers l’Ouganda ». D’office, sur réquisition d’information dans deux banques de Beni (EquityBCDC et Rawbank), le CENAREF ordonne de bloquer les comptes de la multinationale ESCO-Kivu : « Pour blanchiment des capitaux et financement du terrorisme. Et ce, en rapport avec les transferts illicites des billets de banques libellés en monnaie étrangère par le poste de Nobili d’ESCO-Kivu à ESCO-Uganda… » ESCO-Kivu reconnaît le blocage de ses comptes bancaires dans son communiqué N°001/2021. Pour toute prime au journaliste d’investigation, c’est la justice.

Si c’est le même dossier sus-évoqué, il faut dire que la multinationale anglaise ESCO-Kivu tient mordicus à faire taire le journaliste Nicaise Kibel’Bel Oka, en le traînant de la juridiction militaire à celle civile quand ça lui plaît jouant ainsi contre la justice congolaise. Nicaise Kibel’Bel Oka se présente au Parquet général ce vendredi comme indiqué pour en savoir plus.

Nous vous donnons la vraie information et nous en payons le prix. Soutenez-nous. Votre contribution financière est attendue. Contacts utiles : +243 998 190 250 et/ou +243 824 244 844

La Rédaction Centrale/Les Coulisses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *