RDC/Goma. 80 acteurs de la société civile et leaders communautaires formés à l’École des valeurs républicaines par le CREDDA/ULPGL

(Goma. Hôtel Planète. Vue des participants à l’École des valeurs républicaines. En haut, cérémonie d’ouverture).

80 acteurs de la société civile et leaders communautaires de la ville de Goma ont été moulus aux différents thèmes à l’École des valeurs républicaines lors de la première édition de l’université d’été qui a lieu du 22 au 24 avril 2024 à Goma. Des panélistes choisis pour leurs compétence et expérience ont abordé divers sujets dans des exposés constructifs suivis des débats adaptés au profil des participants : Culture du leadership responsable et éthique, Prévention des conflits et promotion de la paix non-violence, Participation citoyenne et développement durable, Défis et opportunités pour la jeunesse congolaise, un engagement fort pour la jeunesse, Médias de paix dans des zones de conflit. Bref, du patriotisme et du leadership pour la paix et le développement de la RDC.

Ouvrant les bans, Déogratias Chimere a abordé le thème : « Comprendre et vivre le civisme et le patriotisme ». Partant de la citoyenneté responsable qui se fonde sur une participation socio-économique comme base de l’éducation, l’orateur a plané autour de quatre valeurs du bon citoyen pour pousser les jeunes à un leadership responsable afin de créer le bonheur à travers la justice, la liberté et l’égalité.

Steven Malaki a décortiqué la Résolution 2250 sur le trinôme Jeunesse-paix et sécurité. Le tout reposant sur les 4 P, à savoir Participation, Protection, Prévention et Partenariat. Il a aussi révélé le Plan d’action national 2250 et a appelé la jeunesse à cesser d’être des acteurs de violence pour devenir des partenaires engagés pour la paix.

Bernardin Ulimwengu a parlé de « La promotion de la culture de la paix et de non-violence dans un contexte de guerre ». Il a illustré son intervention en partant du mythe de Sisyphe avec des images à l’appui. Pour lui, répondant à la question « qu’est-ce que la paix ? », il est revenu sur le trinôme victime-persécuteur-sauveur à travers la justice qui donne des institutions efficaces.

Le 23 avril 2024, le pasteur André Putshi Lundula a abordé le thème « Leadership transformationnel ». L’orateur est parti des potentialités de la RDC qui présentent le Congolais en trois types, à savoir observateur des événements et commentateurs des réseaux sociaux, les sans soucis parce que fatigués de tout, puis les visionnaires provocateurs d’accomplissement des événements. Deux sortes de leadership, inné et acquis. Tout compte fait, le leader doit influencer dans la conduite des autres en ajustant le voile, a-t-il ajouté.

Monsieur Katindi a abordé le thème « Gouvernance sécuritaire ». Partant de la question « Comment gérez-vous ce que vous êtes et ce que vous avez ? ». La gouvernance sécuritaire est une nouvelle approche de la gestion de la sécurité mettant la sécurité humaine au cœur de l’approche et en lien avec les principes de bonne gouvernance. Dans cette gouvernance participative, les intérêts de la communauté sont prioritaires.

Isaac complété par Patrick Oliveira (PNUD) a plané sur « Urgence d’une gestion redevable, éthique et transparente pour une gouvernance locale ». Toute l’Afrique attend de la RDC qu’elle puisse bien gérer ce pays qui est aujourd’hui un goulot d’étranglement au cœur du continent. Il y a toujours une corrélation entre gouvernance et le niveau de développement de la population. Les 5 acteurs de la gouvernance (État, société civile, opérateurs économiques, leaders d’opinion et autorités coutumières) doivent partager le pouvoir en s’associant.

Le mercredi 24 avril 2024, Sammy Mupfuni a parlé de « Gestion des rumeurs et médias sociaux ». C’est autour des vides d’informations que naissent des besoins de répondre à nos émotions, à des problèmes restés sans réponses qui finissent par des rumeurs. D’où les astuces consistant à vérifier l’information en allant vers la source.

Daniel Nsekuye qui aborde « Lobby. Plaidoyer et l’influence des politiques », établit d’abord la différence entre plaidoyer et lobbying en ce sens que le plaidoyer est formel tandis que le lobbying se déroule derrière le rideau. Le plaidoyer se base sur des principes de crédibilité, légitimité, redevabilité, service, pouvoir, connaissance/compétence, probabilités de succès et pour y réussir, il faut trois démarches à savoir la manière négative (catégorique), la manière réactive et la manière proactive qui identifie les problèmes. Tout en tenant compte de certaines réalités entre le pouvoir visible (les institutions), le pouvoir invisible (faiseurs d’opinions) et le pouvoir caché (qui influence les décisions). La préparation d’un plaidoyer est toujours secrète, discret. Il s’accompagne des propositions de solutions, il exige des ressources et se fonde sur A (attirer l’attention), I (susciter l’intérêt), D (protéger le désir).

Enfin, Nicaise Kibel’Bel Oka a abordé « Médias de paix/développement et de guerre » insistant sur la responsabilité du journaliste ‘éthique et déontologie) et surtout la conscience du journal qui est son premier tribunal. Il est revenu sur la parole qui tue, le « voir » du reporter par rapport à la rumeur mais surtout sur le choix de mots et des images en rapport au contexte de guerre car le journaliste n’est pas la voix qui crie dans le désert. Il s’adresse à un public dans sa triple mission d’informer, éduquer et divertir. La modération de la première édition de l’université d’été a été assurée de main de maître par Nicaise Kibel’Bel Oka.

L’ouverture de la première édition de l’Université d’été a été marquée par le discours de Guy Kibira, chef de Division provinciale de la Jeunesse du Nord-Kivu, représentant le gouverneur de province qui a rappelé : « Il n’y a pas de citoyens sans cité. C’est pourquoi il est crucial de former et d’outiller nos jeunes pour qu’ils deviennent des acteurs responsables et engagés dans la construction d’une société pacifique et prospère ».

Un autre hôte de marque qui a rehaussé de sa présence, Mgr Willy Ngumbi Ngengele, a dit son soutien à ce projet : « L’église catholique est fière de s’associer à cette initiative qui vise à inculquer les valeurs républicaines et à promouvoir la paix dans la jeunesse congolaise. Nous sommes convaincus que ce programme contribuera à former une génération de leaders responsables et engagés pour le bien commun ». 

Au total 80 acteurs de la société civile et leaders communautaires ont participé à cette séance d’immersion sur les valeurs républicaines, un projet du Centre de Recherche sur la Démocratie et le Développement en Afrique, de l’Université Libre des Pays des Grands Lacs en sigle, CREDDA en collaboration avec la Division provinciale de la Jeunesse, en partenariat avec la MONUSCO ainsi que le Programme des Nations Unies pour le Développement, PNUD.

Pour sa part, le Professeur Kennedy Bindu, Directeur général du CREDDA a exhorté les participants à cette formation à impacter positivement la société. Son vœu est de voir ce programme ambitieux qui s’inscrit dans le cadre d’un effort plus large visant à renforcer la cohésion nationale et à promouvoir la paix et le développement en République démocratique du Congo se déployer dans les 51 villes du Congo. De leur côté, les participants ont salué cette initiative qui doit réveiller la conscience collective. Ils ont promis de vulgariser les valeurs républicaines apprises. La clôture a été sanctionnée par la remise des brevets aux lauréats.

Nous vous donnons la vraie information et nous en payons le prix. Soutenez-nous. Votre contribution financière est toujours très attendue. Contact utile : +243 998 190 250 et/ou +243 824 244 844

La Rédaction Les Coulisses

 

About NICAISE KIBEL'BEL OKA

Check Also

RDC/Nord-Kivu. L’ACOGENOKI ne connaît aucune crise de gestion. Les activités se déroulent conformément à ses statuts

(Ci-contre le télégramme du VPM Peter Kazadi en charge de l’Intérieur). Goma. L’Association des Coopératives …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :