RDC/Goma. Dr Patrick Malikidogo parle des atouts de l’Imagerie-IRM pour un diagnostic précoce des maladies

(Goma. Dr Patrick Malikidogo (en costume) en pleine conférence à l’ULPGL sur l’IRM).
Goma. Lundi 8 août 2022 devant le monde scientifique de l’Université Libre des pays des Grands Lacs (ULPGL), Dr Patrick Malikidogo a donné une conférence sur l’Imagerie moléculaire comme nouvelle piste pour un diagnostic précoce des maladies. Avec des images et croquis, l’orateur a démontré le pourquoi de la recherche actuelle dans le domaine de la médicine : « Voir à l’intérieur du corps humain sans lui nuire. Ce rêve d’Hippocrate, médecin grec de l’Antiquité, est devenu réalité. Ces dernières années, l’évolution de la technologie a conduit à l’émergence de l’imagerie médicale dans le domaine de la médecine. » Pour Dr Malikidogo : « Cet outil puissant regroupe l’ensemble de techniques permettant d’obtenir des images du corps humain à partir de différents phénomènes physiques (résonance magnétique, réflexion d’ondes ultrasons, radioactivité, absorption des rayons X, …) pour réaliser des diagnostics médicaux, des suivis d’évolution de pathologies etc… » Parmi ces techniques, l’IRM est basée sur le principe de la Résonance Magnétique Nucléaire (RMN). Elle permet d’accéder à la structure interne de l’être humain, de manière non invasive. Pour étendre le champ d’application et la spécificité de l’IRM, des agents de contraste, molécules aux propriétés très particulières, ont été développés. Ces agents permettent d’augmenter le contraste des images IRM en vue obtenir des images plus résolues. Devant des étudiantes et étudiants de diverses facultés et du public intéressés de l’évolution de nouvelles technologies en rapport avec la médecine, Dr Patrick Malikidogo Kyangwi, docteur en chimie a tenu à partager les résultats de ses recherches dans le domaine de l’IRM. La conférence –débat animée lundi 8 août 2022 à la Faculté des Sciences et Technologies appliquées de l’Université Libre des pays des Grands Lacs (ULPGL) portait sur : « IRM-Imagerie Moléculaire, une nouvelle piste pour un diagnostic précoce des maladies. » Dr Patrick Malikidogo s’est appesanti sur le traitement sur base de la teneur du zinc parmi les Terres rares grâce à l’IRM qui permet de détecter sa teneur dans une stratégie d’extraire ces métaux qui favorisent l’agrégation des plaques. En fait, c’est une image de détection de l’intérieur du corps humain en utilisant d’autres phénomènes physiques. Aujourd’hui, a précisé Dr Patrick Malikidogo : « l’utilisation d’IRM se tourne sur la visualisation d’événements moléculaires se produisant au niveau cellulaire et servent de biomarqueurs des maladies à l’état précoce. Cette nouvelle technologie conduit à la caractérisation physico-chimique des tissus. La détection d’un dysfonctionnement au niveau moléculaire par l’Imagerie Moléculaire (IM) permettrait de faire un diagnostic de diverses maladies de manière plus précoces, et par conséquent d’élaborer un traitement beaucoup plus efficace. » Le conférencier du jour a donné des exemples notamment dans le cas du traitement de la maladie d’Alzheimer. Un jeu de questions et réponses s’en est suivi à la satisfaction de l’auditoire. Les échanges ont duré deux heures sous la modération du professeur Butoa Balingene, Directeur des Affaires académiques de l’ULPGL.

Nous vous donnons la vraie information et nous en payons le prix. Soutenez-nous. Votre contribution financière est attendue. Contact utile : +243 998 190 250 et/ou +243 824 244 844

La Rédaction Centrale/Les Coulisses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *