RDC. Les experts de l’ONU reconnaissent enfin DAECH à Beni. Mais le général Mundos toujours sous sanctions

(2014. Le général Mundos, Cmd Sukola I remonte le moral de la troupe en pleine forêt du Ruwenzori avant une offensive contre les ADF/MTM. Archives Les Coulisses).

« Les experts de l’ONU confirment pour la première fois des liens organisationnels entre les ADF et le groupe terroriste État islamique deux ans après l’administration américaine. Je pense qu’il y a des amis ici, même des journalistes, qui doivent présenter leurs excuses à Nicaise Kibel’Bel Oka. » Voilà le message reçu d’un groupe WhatsApp. Africa intelligence, spécialisé sur la RDC, croyant avoir été le premier à découvrir le Graal, publie un article sur les liens entre les ADF, Al Sunnah et l’État islamique. Avec mention « Reproduction

et diffusion interdites ». De qui se moque-ton ? Prix Nobel au journaliste Kibel’Bel Oka comme d’aucuns ont écrit de bonne foi et avec naïveté.

Les chercheurs et spécialistes de la RDC appartenant à la communauté internationale nous ont volé nos recherches sur le terrorisme islamiste des MTM dans notre propre pays. Par la faute des intellectuels congolais. Ceux-là, n’ayant pas résisté à la manipulation et l’instrumentalisation de GEC (Université de New-York) et de l’université de Californie, se sont jetés dans l’eau et ont désigné les bourreaux. Comme des idiots dans ce qu’ils ne maîtrisaient pas ou prou pour s’attaquer au journaliste Kibel’Bel Oka. Ils l’ont accusé de tous les maux, menacé sa vie privée et son travail, le soumettant à un régime de terreur et le présentant comme envoyé par Dieu pour combattre les millions des Nande. Et donc « ennemi proclamé de la communauté nande ».

A l’heure où cette fameuse communauté internationale, ces experts de chambres climatisées et leurs collaborateurs locaux reconnaissent enfin les moudjahidines MTM comme affiliés à DAECH (État islamique), il faut honnêtement penser à un homme, un compatriote qui souffre dans sa chair et dans son esprit, le général FARDC Charles Muhindo Akili Mundos, aujourd’hui sous sanction de l’Union européenne au motif qu’il massacrait les Nande.

Le général Mundos sauvé de la mort par la Providence

Tout avait été mis en place pour que le général Mundos subisse le sort du général Lucien Bauma, la mort. La Brigade de Défense Principale (BDP), unité spéciale commandée par le général Mundos, avait été déployée au front Sukola I comme unité de base de la traque des MTM après avoir combattu la LRA dans l’Uélé (Dungu). Comme le général Lucien Bauma, le général Mundos avait recruté dans la communauté locale des personnes ressources qui devaient l’aider dans le renseignement afin de neutraliser les ADF/MTM. Le premier constat qu’il ne put faire est : On lui désignait des pisteurs qui étaient eux-mêmes des ADF. Les pisteurs désorientaient la troupe et l’amenaient dans l’antre de l’ennemi. Les FARDC étaient tués mais tous les pisteurs étaient vivants.

Un jour vers 5 heures du matin, le journaliste Nicaise Kibel’Bel Oka qui se préparait à aller à la messe à la chapelle des sœurs oblates, est informé de la visite de trois personnes qui tiennent à lui parler. Elles insistaient que dépassé 6 heures, elles s’en iraient. Il demande à la sentinelle de les orienter à son bureau qui était à 8 minutes de marche militaire. Kibel’Bel Oka les reçut. Il écouta leur récit et nota point par point. Aussitôt qu’il découvrit deux clés pour tester la véracité de leur témoignage, il les congédia vers 6 heures 15. Après avoir mis ses notes au propre, une question le tarauda : « A qui transmettre cette information sensible sur l’horreur de Beni sans être découvert ? Comment prévenir les tentatives d’assassinat du général Mundos, lui qui n’avait jamais reçu le journaliste ? » Le sommeil le gagna puis il se réveilla brusquement avec un nom sur les lèvres : le général Tim Munkutu, auditeur général des FARDC. Il était d’une écoute et d’une sensibilité qui n’avaient rien à envier à la plupart de prêtres. Il forma son numéro et le général Munkutu décrocha : « Mes respects mon général, besoin urgent de votre adresse mail svp. » Le général ne se fit pas prier. Une fois l’élément envoyé, le général accusa réception. Kibel’Bel Oka lui donna les deux clés : « Si vous tenez à arrêter le groupe responsable de la tuerie, il faut le faire avant 8 heures. Dès que vous le faites, le général Mundos va intervenir pour le libérer. Il ne sait pas que le groupe de notables avec qui travaille collaborent avec les ADF et cherche à le tuer. »

Le général Munkutu intima l’ordre à l’auditorat de Beni d’arrêter le groupe avant la réunion qu’il devait tenir avec le général Mundos, officiellement pour essayer de comprendre les tueries de la veille. Aussitôt le groupe maîtrisé, le général Mundos informé, se précipita de bonne foi pour le libérer. A son arrivée, les magistrats militaires alertent le général Munkutu qui lui demande de laisser ces gens entre les mains de l’auditorat. Le général Mundos ne comprenait toujours pas comment on pouvait arrêter les gens qui l’aidaient à combattre les ADF. Ce, jusqu’au jour de sa comparution devant la Cour militaire opérationnelle. Par cette arrestation, la Providence venait de le sauver d’une mort certaine. En effet, les personnes qui devaient l’exécuter par embuscade se trouvaient face à leur conscience. Ils avaient de l’affection pour le général Mundos pour de nombreux bienfaits à leur égard.

Le premier plan ayant échoué, le Kighanda (sorte de gaçaça au Rwanda) passa au plan B : la diabolisation. Objectif : Cour pénale internationale. Ce qui va se passer dès le 24 octobre 2014. Des gens passaient sur les antennes de radio pour témoigner avec zèle comment ils ont surpris le général Mundos en train d’égorger des Nande. Des rapports farfelus des défenseurs de droits de l’homme l’accablaient, le présentant comme le diable en personne. Des scénarios avec image furent montés. Enfin, le général Mundos fut inscrit sur la liste des sanctionnés. Plus tard, la MONUSCO qui cherchait des preuves accablantes, engagea des gens pour infiltrer le journaliste Kibel’Bel Oka dans le seul but de savoir s’il avait été payé par le général Mundos pour écrire sur les ADF. Enfin, retournement de la situation, Antipas Mbusa Nyamwisi rencontra en toute discrétion le général Mundos pour lui présenter ses excuses. Mais le mal était déjà fait. Que pensent à ce jour ceux qui avaient été manipulés par certaines officines pour accuser le général Mundos de massacrer les Nande ? Puisse Dieu agir et rendre justice à un innocent afin que son nom soit retiré de la liste des sanctionnés arbitraires de l’Union européenne. 63 ans après l’indépendance, le Congolais reste éternellement un colonisé complexé devant l’homme blanc et qui lui fait confiance aveugle même si c’est pour sa propre destruction. Mentir pour nuire à l’autre est une imposture. C’est la pire des abominations (JJ Rousseau).

Nous vous donnons la vraie information et nous en payons le prix. Soutenez-nous. Votre contribution financière est attendue. Contact utile : +243 998 190 250 et/ou +243 824 244 844

Nicaise Kibel’Bel Oka

 

About NICAISE KIBEL'BEL OKA

Check Also

France. L’ONG française « Croissance Peace » décerne le prix de meilleur ambassadeur africain à Émile Ngoy Kasongo

(Le prix du meilleur ambassadeur africain de France 2024 décerné à Émile Ngoy Kasongo. Photo …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :