RDC. Patrick Munyomo sollicite du Chef de l’État la surséance de l’accord avec Ethiopian Airlaines

Inopportun et irrégulier. C’est de cette façon que le député national, élu de la ville de Goma, Patrick Munyomo qualifie l’’accord de partenariat entre Ethiopian Airlines et le gouvernement congolais pour la création d’une nouvelle compagnie nationale « Air Congo » que le ministre de Transport veut porter sur les fonts baptismaux. C’est dans la correspondance N/Réf : CABOO76/HPMB/DN.05-2022, adressée au Chef de l’État en date du 6 mai 2022 portant objet : « Opposition à l’adoption par le 49ème Conseil des ministres du Projet relatif à la création de la Compagnie Air Congo, compte rendu du 15avril 2022 ». Les arguments ne manquent pas. Et ils sont solides pour Patrick Munyomo Basilwango, guidé par le besoin de servir la nation avec patriotisme. Primo, Congo

Airways est une compagnie de transport aérienne publique créée le 15 août 2014 disposant de 4 avions d’occasion achetés par l’État congolais au moment où le budget national s’élevait à 4 milliards $. Or, avec la nouvelle impulsion du Chef de l’État Félix-Antoine Tshisekedi, le pays a atteint plus de 10 milliards $. Pourquoi chercher à prendre des avions en lising (ACMI) au lieu d’en acheter et de payer progressivement auprès de grandes sociétés ? Le député national Patrick Munyomo révèle que Ethiopian Airlines serait endetté de plus de 2 milliards $. Si tel est le cas, comment un endetté peut encore venir à la rescousse d’un autre canard boiteux ? On dirait que le ministre des Transports est dans la logique de l’aveugle et le paralytique. La nouvelle compagnie nationale « Air Congo » sera dotée des avions appartenant à Ethiopian Airlines avec quel équipage (PNC, mécanicien et technicien) ? En réalité, le député national a peur que la RDC se retrouve dans la fonction folklorique de Président du conseil d’Administration (PCA) ainsi que des postes d’exécution sans avoir les moyens adéquats de gérer et contrôler la compagnie ainsi créée. Patrick Munyomo croit dur comme fer que le redressement de la compagnie nationale Congo Airways est possible. Il suffit de réfléchir sur le comment agrandir sa flotte par des achats et locations d’avions afin de continuer à servir et desservir efficacement notre population et poursuivre le désenclavement du pays. Tout est question des hommes qu’il faut à la place qu’il faut et de volonté politique. Toutes ces raisons réunies poussent le député national, élu de la ville de Goma Patrick Munyomo à solliciter de la part du Chef de l’État Félix-Antoine Tshisekedi la surséance dudit accord de partenariat. Ce, avec raison et bon sens. Car, les arguments du ministre des Transports, comme on peut s’en rendre compte dans la correspondance du député national Patrick Munyomo, ne résistent pas à la critique : « le Contrat de partenariat d’acquisition de 7 avions a été conclu avec la compagnie aérienne Ethiopian Airlines aux fins de promouvoir le développement du transport aérien dans des conditions optimales de sûreté, de sécurité en RDC et ce, à travers une compagnie aérienne nationale normalisée, fiable et viable et dont les parts sociales sont détenues majoritairement par la RDC. » Comment peut-on croire un seul instant que la création d’une nouvelle compagnie nationale, dans ce pays où le suivi de la gestion laisse à désirer, ne puisse pas influencer le bon fonctionnement de l’ancienne Congo Airways ? La lecture intelligente de la correspondance du député national Patrick Munyomo révèle un plan de bradage de la souveraineté de la RDC à travers ce montage éhonté. Il faut simplement redresser Congo Arways et donner à l’Autorité de l’aviation civile les capacités et moyens pour travailler dans le respect des normes internationales. Un exploitant quel qu’il soit ne devrait pas prendre la place de l’État propriétaire en devenant l’Autorité de régulation et de supervision de la RDC surtout en cette période où le pays fait face à de nombreuses tentatives de déstabilisation. Laisser le contrôle de son espace aérien entre les mains des étrangers, cela serait une autre façon d’aliéner la souveraineté nationale. Qui dit mieux !

Nous vous donnons la vraie information et nous en payons le prix. Soutenez-nous. Votre contribution financière est attendue. Contacts utiles : +243 998 190 250 et/ou +243 824 244 844

Nicaise Kbel’Bel Oka                             

About Nicaise Kibel bel

Check Also

RDC. Julien Paluku Kahongya parle des stratégies économiques et des réalisations du gouvernement Tshisekedi

« Nous avons consolidé davantage la mise sur pied des fondamentaux qui ont constitué une boussole …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :