RDC/Rutshuru. 27 soldats rwandais neutralisés, des effets militaires RDF récupérés par les FARDC

(Bottes godillots portant inscription RDF retrouvées sur des corps des fameux M23 lors des affrontements de Katsiro dans la nuit du30 juin 2022).

Tôt le matin du 1er juillet 2022, réchauffés par le discours du Commandant suprême de la veille le 30 juin 2022, les Forces armées de la RDC ont lancé une foudroyante offensive contre les positions des éléments de l’armée rwandaise dans le Rutshuru. Le butin est lourd et digne d’une opération de correction : 27 RDF neutralisés, 5 armes AK 47, 1 RPG, 1 radio Motorola, casques et équipement militaires portant mention RDF, matelas, ustensiles de cuisine, cossettes de manioc, munitions et produits pharmaceutiques récupérés sur l’ennemi qui croyait avoir conquis la RDC. Les FARDC ont lancé une offensive de grande envergure suivie des combats d’une rare violence autour et en profondeur des localités Ntamugenga et des collines de Katsiro dans le Rutshuru. Ces combats ont donné l’avantage aux FARDC déterminées à en découvre et à laver l’affront. Des éléments de la Rwanda Defence Force en débandade ont pris le chemin arpentant les collines du Rwanda et d’autres qui ne savaient pas se sauver ont été capturés comme des sauterelles. Côté loyalistes, moral au zénith, on a compté 2 blessés acheminés à l’hôpital pour les soins appropriés. Rien ne peut plus faire douter. L’équivoque est levée. Ou les rebelles du M23 sont équipés par Kigali ou alors c’est l’armée rwandaise qui combat dans le Rutshuru. Les deux ne s’excluant pas. Le Rwanda a envahi la RDC officiellement depuis 2021. Jusqu’en 2019, la structure officielle de la 34ème région militaire disposait du commandant second en charge du renseignement et des opérations ayant l’esprit de Kigali, qui pouvait faciliter les incursions des forces spéciales de l’armée rwandaise sur le sol congolais. Ce dispositif ayant été aboli, les éléments de la RDF se muent en rebelles M23 pour assiéger Rusthuru. Les éléments de la RDF capturés au front et les équipements abandonnés constituant le butin de guerre sont la preuve irréfutable de l’implication de Kigali dans l’agression de la RDC. Cap sur Bunagana. Désormais tous les accords antérieurs signés avec le Rwanda depuis le 1+4 sont devenus caducs dès lors que le Chef de l’État congolais, Félix-Antoine Tshisekedi a désigné publiquement et solennellement le Rwanda comme l’envahisseur agresseur. Certains diplomates occidentaux, chercheurs et experts des Nations-Unies qui feignaient de l’ignorer sont pris en flagrant délit de la négation de la vérité. Que veut le Rwanda de Kagame ? Au service de quelles puissances travaille Kigali ? Deux choses à retenir. D’un, Kigali veut conquérir l’espace pour installer ceux qui l’avaient aidé à conquérir le pouvoir entre 1990-1994 sur promesse de leur octroyer une terre à eux seuls. De deux, jouant le jeu de ses soutiens anglo-saxons y compris Israël, Kigali aurait accepté d’installer les terroristes islamistes qui inondent la Grande Bretagne (Londonistan), havre par excellence de l’extrémisme islamiste mondial et qui participent aussi au financement de la nébuleuse ADF/MTM. Au Royaume-Uni, le « Londonistan » est devenu un refuge de tout ce que la planète compte d’idéologues radicaux de l’islamisme mondial. Des jihadistes venus de l’Afghanistan ont officiellement « transité » chez les voisins pour les États-Unis comme si Kigali et Kampala étaient le raccourci pour atteindre le pays de l’oncle Sam. Les États-Unis qui ont cité nommément Kigali dans la déstabilisation de la région ne doivent pas s’arrêter à mi-chemin. Et tous les pays occidentaux, amis à la RDC, doivent choisir comme pour le cas de l’Ukraine entre Kinshasa et Kigali, avec lequel traiter. Plus de dix millions de morts, ça n’émeut pas la communauté internationale. Il est temps de prendre notre destin en mains. Qu’on se le dise.

Nous vous donnons la vraie information et nous en payons le prix. Soutenez-nous. Votre contribution financière est attendue. Contacts utiles : +243 998 190 250 et/ou +243 824 244 844

Nicaise Kibel’Bel Oka

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *