RDC/Uvira. Des journalistes du Sud-Kivu en atelier pour la construction de la paix dans l’est

(Uvira. Le Maire de la ville avec Teresa Blasi, Responsable GIZ à l’ouverture de l’atelier. Photo Les Coulisses)

Une trentaine des journalistes des radios du Sud-Kivu sont en atelier de formation en journalisme professionnel en lien avec la construction de la paix par la promotion de la paix pour contribuer à la stabilité dans l’est de la RDC. Sous la supervision de la GIZ, ils apprennent les outils nécessaires qui leur permettent d’être des artisans de la paix à partir du rôle qu’ils sont appelés à jouer. Avec une arme redoutable qu’ils détiennent et manipulent : la langue. Par la langue et avec la langue et se fondant sur le code d’éthique et de déontologie, les professionnels des médias savent ce qu’ils doivent dire et ne pas dire pour ne pas envenimer les situations explosives que connaît l’est de la RDC. Sans sacrifier la vérité des faits comme l’exige l’article 1er des devoirs des journalistes : « Respecter la vérité, quelles qu’en puissent être les conséquences pour lui-même, et ce, en raison du droit que le public a de connaître la vérité. » Cet atelier a été ouvert par le maire d’Uvira, le pasteur Kiza Muhoto. Dans son mot d’ouverture, le maire d’Uvira s’est dit honoré que cette activité se passe dans sa juridiction. Il e a profité pour rappeler les journalistes au respect de l’éthique et de la déontologie de leur métier : « La population n’a pas besoin de gens ramassés pour devenir des journalistes pour activer la haine. L’est de la RDC a besoin de la paix. Pas des journalistes tribalistes qui alimentent des confits. Ce sont des journalistes qui, grâce à leur outil, doivent amener la population à la cohésion sociale. Pour ce faire, ils doivent éviter les « On a dit », le parti pris face à des groupes armés afin d’aider le gouvernement congolais o construire la paix dans l’est du pays. » L’atelier de formation des journalistes du Sud-Kivu, débuté lundi 16 mai 2022 doit prendre fin vendredi 20 mai 2022. Il réunit des journalistes venus de tous les territoires du Sud-Kivu et de Bukavu. La GIZ, dans son volet projet Propaix, a profité de la date du 3 mai, proclamée « Journée internationale de la liberté de la presse » pour outiller les journalistes afin de remplir professionnellement cette noble mission.

Nous vous donnons la vraie information et nous en payons le prix. Soutenez-nous. Votre contribution financière est attendue. Contacts utiles : +243 998 190 250 et/ou +243 824 244 844

La Rédaction/Les Coulisses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *