RDC. Djaffar Kisokeranyo, financier des ADF, arrêté à la frontière Uvira-Burundi

Djaffar Kisokeranyo Benjamin a été arrêté à la frontière RDC-Burundi, à Uvira le 9 janvier 2022 par les services d’intelligence congolais. Il voulait se rendre à Bujumbura où habite l’une de ses nombreuses femmes. Au moment de son arrestation, il portait un passeport congolais sous le nom de Kasereka Djimy Kilalo (né le 1er février 1979). Benjamin Kisokeranyo symbolise, à  lui tout seule, une page des ADF-NALU. Pendant longtemps, il fut le Numéro 3 et financier de ce mouvement. Dans le Ruwenzori (RDC), il a bâti son empire sur l’axe Mwenda-Kikura-Luanoli-Kikingi et a tissé de solides liens avec une certaine notabilité de la contrée au point que personne parmi les acteurs politiques de ladite contrée n’a jamais pu le dénoncer. L’une de ses sœurs, Abigaëlle, arrêtée, fut extraite de la prison des femmes par le responsable de MSF/France (Affaire Mukanos). Son père, l’un de trois chefs légendaires des NALU avec Amon Bazira (tué à Naïrobi le 30 novembre 1992 sur demande du président Mobutu) et Kanyamusitu (+), a rejoint le parti politique NRM du président Museveni et collabore avec lui. Djaffar Kisokeranyo est du groupe des ADF qui avaient refusé de rejoindre Musa Baluku dans son allégeance à l’État islamique. Depuis, il vit entre Mutwanga et Bujumbura. Son arrestation affaiblit davantage les ADF de son obédience. Selon des sources fiables, son père s’est installé à Katadoba, non loin d’une base militaire de l’UPDF dès l’annonce de la mutualisation des forces FARDC-UPDF. L’une de ses sœurs, capitaine des ADF, aurait aussi quitté le maquis pour Kasese. Pour comprendre le rôle primordial qu’il joue dans le rang des ADF, nous publions cette audience de la Cour militaire opérationnelle où comparaît son beau-frère Kambale Manzameli Donat, identifié Hamza

David chez les ADF. Il répond aux questions de l’Auditeur général Tim Munkuto.

Tim Munkuto : Connaissez-vous Mme Mbambu Abigaëlle ? Comment vous vous êtes rencontrés ?

Donat Manzameli : C’est mon épouse depuis 2004. Nous vivions sous le même toit lors de son arrestation. Je l’ai connue comme tout homme et femme le font.

Tim : Votre épouse ne vous a jamais dit que les membres de sa famille sont ADF et quelle a été votre réaction après l’avoir su ?

R : Elle était déjà mon épouse. Elle ne m’a jamais parlé des ADF. Je ne sais  pas comment répondre à cette question. Toutefois, j’ai eu peur et je l’ai envoyée en Ouganda auprès de sa mère biologique.

Tim : Quel  est le nom de votre beau-père ?

R : Kisokeranyo. Mme m’a dit que ses parents résident en Ouganda (Kasese). Je ne l’ai jamais dotée. Nous cohabitons.

Tim : Comment s’appelle votre beau-frère ?

R : Justin. Je parlais avec lui au téléphone chaque fois qu’il cause avec sa sœur.

Tim : Et Benjamin ? « News » ou Number one, c’est qui ?

R : Je ne le connais pas. Je ne me souviens pas de lui. Peut-être c’est le fameux Benjamin.

Tim : Parlez-nous de l’enlèvement d’Abigaëlle.

R : En 2003, elle étudiait à l’institut Kisolokele à Beni. Elle disparaît 1 mois et revient en 2004 et me dit : « J’étais enlevée parce que toi, tu es APC. » J’ai su que son père était grand révolutionnaire en Ouganda. Je l’ai envoyée chez sa mère en Ouganda. Elle était enceinte. Un de ses frères avec qui elle était en brousse l’a retournée chez moi. Elle était arrêtée pendant 3 semaines. Nous avons cohabité jusqu’à la naissance de notre fille Daniella.

Un jour, j’ai reçu un appel de son frère : « On peut se voir à Buyisi vers Isale/Vulambo. » Nous sommes allés sur place. C’était Benjamin. Il m’a dit : « Tu vas nous aider. On va te  trouver du travail. » A partir de ce moment, j’ai commencé à travailler pour les ADF. J’ai travaillé avec beaucoup de motards qui venaient pour le ravitaillement. Je suis collaborateur des ADF par contrainte, par peur des représailles. Entre le gouvernement et les ADF, j’ai préféré mon beau-frère. Peut-on avoir des ADF sas notre complicité ? L’ennemi vit dans la population. Qui dit mieux !

Nicaise Kibel’Bel Oka

About LESCOULISSESRDC

Check Also

Force de l’EAC. Entre discours politique et réalité du terrain. Comment la RDC devrait se comporter ?

(Goma. Quartier général de la Force régionale de l’EAC. Archives Les Coulisses). Nairobi (Kenya) accueille …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :