RDC. Vous avez dit  » Une agression lâche et barbare ! »

(Beni/2014. Des civils massacrés sans savoir le pourquoi de cette agression lâche et barbare. Archives Les Coulisses)

La RDC fait face à une agression lâche et barbare de la part du Rwanda, s’exprimait ainsi Félix-Antoine Tshisekedi devant ses pairs africains de la SADC à Kinshasa. Il aura tout tenté pour amadouer Paul Kagame, lui offrant jusqu’à son amitié. En vain ! Il a finalement compris qu’on ne peut parler qu’avec des gens avec lesquels on (finit) par être d’accord. En clair, avec le Rwanda de Kagame, on ne peut jamais être d’accord tant les intérêts, loin d’être des convergences parallèles, divergent en tout. Mais faut-il blâmer Kagame ou ses parrains occidentaux ? A défaut de blâmer le bourreau, c’est à la victime qu’on déverse sa colère même lorsqu’une partie de son territoire est sous occupation. Le contraire aurait étonné. En 2012 déjà, c’est Mary Robinson qui avait été choisie comme médecin de la RDC. Là aussi, on s’en est vite rendu compte. Tous les médecins soigneurs au rang desquels les ONG, les agences des Nations-Unies, la MONUSCO, se servent du malade pour leur survie. Et le grand malade, livré aux charognards, voit chaque jour son état se dégrader. Ma fille me posait la question : « Papa, pourquoi sommes-nous en guerre ? » Difficile de lui répondre. Car, il me fallait lui expliquer en peu de mots que « La RDC n’est pas en guerre. Elle est attaquée » Et la question comme dans une sorte d’absurdité revenait toujours : « Pourquoi sommes-nous attaquées alors que nous n’avons provoqué personne ? » Au simple, il fallait me résumer pour une réponse claire, précise et concise. En deux mots, la voilà. Parce que Dieu a concentré toutes les richesses du monde sur notre sol. Ce qui crée un besoin irrépressible, de la convoitise et de la jalousie de la part des voisins proches et éloignés. De deux, la RDC a eu tort de tolérer « l’invasion » en 1994 des Rwandais dans nos forêts du Kivu. Et depuis, la sauvagerie (que Fatshi Béton nomme barbarie) a quitté nos forêts de l’est pour nous envahir jusque dans nos cœurs. Renforcée par les maladies culturelles dans leur expansion épidémique, la barbarie destructrice refuse de retourner dans la forêt. En face de nous, on compte des gens à qui le Rwanda a forcé la main. Le Rwanda aussi a été forcé de se désacraliser. Pour mener à la RDC une guerre lâche et barbare. Cette agression est lâche parce que le voisin immédiat, impliqué jusqu’au cou, manque du courage pour assumer ses actes. Elle est barbare à la manière des vandales parce qu’elle se fait sur le sang de tant de morts, sur les populations déplacées et refugiées et sur des destructions méchantes. Chez les voisins, tout le monde le sait, la démocratie ne fait pas bon ménage avec la sécurité. La sécurité exige un langage coercitif et dictatorial. En RDC qui est malade, par et à travers des ONG des droits de l’homme et de la femme, les médecins ont prescrit les marches « pacifiques », des rapports de violation de droit de l’homme, des attaques verbales et violentes contre les institutions, voire même les services de défense et sécurité, etc. Ils pillent nos richesses et massacrent nos populations. En faisant semblant. Ah, ces barbares. Qu’ils sont lâches !

Nous vous donnons la vraie information et nous en payons le prix. Soutenez-nous. Votre contribution financière est attendue. Contact utile : +243 998 190 250 et/ou +243 824 244 844

Mathias Ikem

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *