Mutualisation des forces FARDC-UPDF. Le front militaire avance sans anicroche

(QG mobile des FARDC-UPDF. Les généraux Bombele et Kayanja échangent sur les stratégies des soldats du califat).

Sans établir le bilan, la manœuvre  militaire Force armées de la République démocratique du Congo (FARDC )–Uganda People Defence Force (UPDF) évolue sans entrave dans une cordiale et parfaite entente. Depuis près de 7mois, les deux armées ont établi dans la ville de Beni un commandement conjoint de partage et d’analyse de renseignement sur l’ennemi. De deux côtés de la frontière, les officiers de liaison avaient aussi fourni un travail titanesque d’échange et de partage de renseignement. Ce qui permet des bombardements ciblés avec assez de précision. Les travaux de réhabilitation de l’axe routier Kamango-Mbau exécutés dans les normes par le génie militaire de deux armées avancent sans problème. Le général-major Camille Bolembe a déjà rejoint son poste où il est appelé à jouer l’interface avec son collègue de l’UPDF, le général-major Kayanja Muhanga. Les deux armées ont établi un état-major conjoint pour un bon suivi des opérations. Selon une source fiable, le général Bolembe a reçu mission de coordonner les opérations Sukola I et Safisha qui couvrent les deux provinces et d’en faire rapport régulier et en temps utile aux deux gouverneurs militaires, les Lieutenants-généraux Constant Ndima Kongba (gouverneur du Nord-Kivu) et Johnny Luboya Nkashama (Ituri). Actuellement, les deux forces mutualisées sont à la deuxième phase des opérations, le ratissage, qui cumule avec celle des bombardements des bastions des soldats du califat, les Moudjahidines de Madina at Tawheed qui ont fait allégeance à l’État islamique et qui en constituent la Province Afrique Centrale (IS-CAP). Les unités d’infanterie FARDC et UPDF procèdent au ratissage et à la capture des blessés et autres dépendants vulnérables. Selon une source de l’armée loyaliste, les frappes aériennes chirurgicales ont permis la libération de nombreux otages abandonnés sous la puissance de feu conjuguée. Samedi 18 décembre 2021, les services ont procédé à l’arrestation au village Ngazi au sud-est de Kantini, de sieur Kambale Kawubula Martin, président de la société civile de Mbau. Pour intelligence avec les MTM. Mbau, c’est la porte d’entrée des opérations Sukola I sur l’axe central Mbau-Kamango. L’on peut imaginer le rôle que jouent pareils agents doubles. Sur cet axe Mbau-Kamngo, les généraux Marcel Mbangu et Peter Chirimwami avaient échappé miraculeusement à  des embuscades des MTM. C’est dire que l’ennemi est dans la population et espionne les faits et gestes des FARDC. Les mêmes qui organisent des marches contre les tueries. Allez-y comprendre quelque chose !

Il est important de rappeler qu’aussitôt Madina, le quartier général des MTM avait été conquis par les FARDC en avril 2014, sous la conduite du général Lucien Bauma, les deux chefs d’états-majors des FARDC et de l’UPDF avaient visité les bastions conquis pour se rendre compte de la réalité de l’application de la chari’a dans cette partie occupée. De même que le commandant brésilien des forces de la MONUSCO a visité le site. De deux, il y a lieu de rappeler que l’armée ougandaise qui avait pillé et qui s’est battu à Kisangani avec l’armée rwandaise comme sur l’axe Beni-Butembo avec les maï-maï était une force non invitée qui traitait avec des Congolais marionnettes à qui elle accordait moins de considération. Cette crainte ne se justifie pas à ce jour parce que les accords sont signés entre États et non plus avec des individus qui avaient aliéné la souveraineté de la RDC.

Mathias Ikem

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *