Voici le livre : »L’Etat islamique en Afrique centrale. De l’ADF/MTM en RDC à Al Sunnah au Mozambique »

210 pages qui s’ouvrent sur une préface captivante dans sa profondeur et se referment sur une épilogue, deux grandes parties avec des chapitres qui traitent de la ruse, l’infiltration, l’espionnage, les manœuvres de déception, la fitna et les assassinats au sein de l’Oumma, l’internationalisation du jihad armé, la paralysie stratégique, la résilience et l’empathie à la manière du parachutiste, l’approche systémique, la mutualisation des forces FARDC-UPDF et ses limites…, la nouvelle publication du journaliste d’investigation Nicaise Kibel’Bel Oka aborde la problématique de l’extrémisme armé et violent qui écume l’est de la RDC jusqu’au nord du Mozambique. Ce livre, à ce jour unique en son genre en Afrique centrale, part d’un constat que toute armée préparée pour répondre à des défis présents et à venir est appelée à appliquer : l’identité de l’ennemi et sa stratégie. Et offre toutes les opportunités de la meilleure compréhension du jihad armé en RDC. Le grand stratège Loren Sun Tzu le dit avec pertinence : « Si tu ignores à la fois ton ennemi et toi-même, tu ne compteras tes combats que par des défaites. » Répondre à la question du comment rattraper cette guerre de retard que livrent les FARDC sur les groupes armés locaux et étrangers singulièrement la nébuleuse ADF/MTM désormais affiliée à DAECH et formant avec Al Sunnah du Mozambique la Province Afrique centrale de l’État islamique (IS-CAP), c’est lire obligatoirement cet ouvrage. Car, ce livre invite avant tout en la maîtrise de l’identité et de la stratégie d’action de l’ennemi s’étendant dans tous les domaines de l’activité humaine. Les FARDC face à qui ? Le renseignement sur qui et pourquoi ? Le livre de Kibel’Bel apporte des éléments de réponses d’anticipation permettant de lutter efficacement contre ce cancer métastasé qui se joue des frontières et des services du renseignement. Il s’adresse aux décideurs, aux stratèges militaires, aux universitaires et à tous ceux qui ont besoin de comprendre le terrorisme en RDC. Il se sent et se remarque par la projection de l’intelligence sur des faits réels et actuels, les anticipations loin des considérations livresques. Il a été lu et relu par des stratèges, philosophes-sociologues, des éminences grises qui sont tous d’accord sur une chose : les décideurs politiques et les stratèges au sein des Forces armées de la RDC, de la Police nationale ont de la matière pour ré-panser les stratégies et les réponses à donner à ce phénomène du jihad dans sa nature de surprise stratégique.

Michel Dons, un officier retraité de l’armée belge, paix à son âme, soulignait dans une note envoyée à Kibel’Bel Oka en 2016 la pertinence et la profondeur de ses investigations : « Ayant lu avec délectation son livre sur la guerre de l’Ituri, c’est avec impatience que j’ai attendu l’édition du livre suivant sur le jihad en territoire de Beni. Le livre est complexe. Non pas dans son écriture qui est fluide, mais dans la masse des informations récoltées et exposées. Traiter d’un sujet si particulier relève d’un pari. Ce pari, Nicaise l’a osé et réussi. Le lecteur se munira d’un carnet, car compter tant d’informations était difficile. Mais chacun, lecteur curieux ou chercheur assidu, s’y retrouvera » En effet, ce constat est revenu à tous ceux que la confiance de l’auteur avait privilégiés pour apprécier l’œuvre avant d’envoyer le manuscrit à l’imprimeur. Qu’il devienne le livre de chevet des stratèges de l’Afrique centrale, depuis les FARDC, les services du renseignement civil et militaire en passant par les planificateurs de l’École de guerre de Kinshasa (EGK), ceux du Collège des Hautes Études de Stratégie et Défense (CHESD), dans des facultés des universités. Il est incroyablement superbe et fait la fierté de l’intelligentsia congolaise.

La Rédaction du journal Les Coulisses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *