RDC. Touche pas à « ma » guerre, monsieur Alingete

 

Jules Alingete aurait-il confondu l’inspection des entreprises et la guerre de l’est de la RDC ? S’il n’est pas une star, Jules Alingete fait la vedette auprès des « indignés ». Ils ne sont pas nombreux, certes, mais ils agitent partout leur colère pourque l’ouragan destructeur s’abatte sur l’Inspecteur général des finances Jules Alingete. Qu’on l’apprécie positivement ou non, les déclarations de notre Inspecteur national ont incroyablement un côté positif remarquable. Celui de remettre sur la place publique la question de la guerre à l’est de la RDC, de la guerre de l’est de la RDC qui tue et dont on a soigneusement occulté les véritables enjeux. Et les déclarations de notre inspecteur national tiennent pour partie au mystère qui en entoure les contours. La guerre de l’est de la RDC risque d’égaler celle de cent ans tant elle dure, détruit, perdure, produit non seulement des déplacées et des réfugiés mais également des riches. Certains esprits agités, proches de la fabrique de la radicalité, accusent notre inspecteur national de ne pas savoir communiquer, de ne pas maîtriser la communication. Mauvaise foi, irresponsabilité, insouciance, désinvolture, arrogance ou légèreté, tout a été craché sur lui. Soit ! Monsieur l’Inspecteur national devait-il faire une communication de complaisance pour plaire ? Pas du tout. Notre inspecteur national est fouineur, au contact des dossiers qui peuvent donner la chair de poule. Qui sait s’il a déjà découvert que la vraie face de la guerre de l’est, si, au milieu de tant de secrets d’état basés sur des dépenses fantaisistes, des promotions en grade ou des nominations politiques, cette guerre de l’est n’est après tout qu’un instrument d’enrichissement pour nombreux sur des cadavres ? Pour certains d’entre nous, seuls des esprits faibles et/ou manipulés se fondant sur le versant négatif d’une communication qui veut rendre la RDC, pays solution et destination mondiale, exigent la démission de notre inspecteur national, le seul qui fait la fierté depuis Mobutu. Et ce, par manque et à cause d’une pénurie de cibles. Notre inspecteur national livre une opportunité en or pour réfléchir sur la guerre à l’est de la RDC et nous plonger dans la guerre de l’est, les yeux ouverts. Qui a-t-il lésé sinon ceux qui trouvent leur existence sur des cadavres, tel des fabricants de cercueils ? Comment toute une nation, composée des gens normaux, peuvent comme dans une sorte de fatalité accepter une réalité que peu de gens maîtrisent sans se poser des questions : la guerre de l’est de la RDC ? Ni les devins, ni les féticheurs et les marabouts, moins encore les nombreux prophètes que regorgent la RDC et qui parlent avec l’oracle, personne n’est capable de nous dévoiler les enjeux de cette guerre. Qui peut comprendre qu’à chaque fois qu’un compatriote d’une région autre que celle de l’est de la RDC livre son point de vue sur ce « Graal », il doit être diabolisé ? Joseph Kabila, Matata Ponyo savent ce qui leur est arrivé. Plus près de nous, le président de l’Assemblée nationale Christophe Mboso a été contraint de demander pardon pour avoir parlé de ce qui ne le regarde pas. Sommes-nous, Congolaises et Congolais, de nouveaux Sisyphe condamnés pour l’éternité ou Tantale éternellement assoiffés de la paix ? Jules Alingete nous offre la dernière occasion de réfléchir sur la guerre de l’est, cette guerre qui étonne dans son arrogance avec des infrastructures immobilières qui sortent du sang, par la présence d’une pléthore des ONGD et leurs Toyota 4×4, par une présence fatigante d’une MONUSCO plus observatrice que combattante, par la passivité des députés provinciaux et nationaux de l’est à condamner les agissements du M23, par ses nombreuses milices ethniques. Le démon sorti de l’enfer et venu habiter avec nous, refuse-t-il d’y retourner. L’indifférence, c’est la pire des attitudes.

Nous vous donnons la vraie information et nous en payons le prix. Soutenez-nous. Votre contribution financière est attendue. Contacts utiles : +243 998 190 250 et/ou +243 824 244 844

Nicaise Kibel’Bel Oka

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *