Grands Lacs. Kampala octroie l’accès du M23 dans des camps de réfugiés pour recruter, Kigali fournit les armes

(Kampala-décembre 2012. Que reste-il de ces M23 en costume aujourd’hui ? Qui paiera l’ardoise des morts, déplacés et réfugiés congolais de l’est de la RDC ? Archives Les Coulisses)

James Kabarebe, ancien chef d’État-major de la RDF et actuel ministre rwandais des Affaires étrangères, a trouvé injuste que la RDC ne pointe que le Rwanda dans l’agression dont elle victime. Il y a une responsabilité partagée entre Kigali et Kampala dans la résurrection du M23 sinon l’équipe de Makenga ne déménagerait pas de Kampala pour les collines de Chanzu. En effet, après avoir autorisé les commandants du M23 de se mouvoir hors des frontières de l’Ouganda, les autorités ougandaises leur avaient ouvert l’accès à des camps des réfugiés congolais. Les membres du M23, escortés par des éléments de l’UPDF, y tiennent des meetings de sensibilisation et recrutent à tour de bras. Selon les témoignages d’un rescapé qui s’est confié à notre Rédaction : « Ils

(les M23) arrivent dans des camps escortés par l’UPDF. Lors des meetings qu’ils tiennent, ils disent aux réfugiés que le gouvernement congolais a accepté la réinsertion de tous dans les institutions et donc, ils doivent retourner au Congo. Ils promettent 100 dollars $ pour chaque candidat au retour volontaire. Une fois arrivés à Cyanika, un guide les fait traverser la frontière rwandaise où ils sont récupérés par des éléments de la RDF qui les amènent dans des camps de formation accéléré. Téléphones et autres biens sont confisqués. » Ainsi donc, de tous temps, Kampala et Kigali comme en 2012, sont les parrains des rebelles du M23. Une autre source qui a requis l’anonymat a révélé : « A la tentative de la prise de Kibumba (25 km de Goma), les troupes ont reçu l’ordre de Makenga de se retirer et de dégarnir. Un commandant au front a tenté de résister. C’est alors que Makenga lui aurait dit : L’ordre est venu de la hiérarchie parce que les discussions sont en cours à ce moment. »

Selon une autre source fiable, Makenga a installé son QG à Chanzu. Le front est sous le commandement du colonel Mboneza appuyé par un major de la RDF, les deux en contact permanent avec Makenga qui, lui est en contact avec Kigali. Actuellement, la RDF lance des offensives et se retire laissant le M23 occuper les localités conquises. La stratégie des attaques consiste aussi dans des débordements à travers champs et collines avec la maîtrise du terrain. Toutefois, sur le terrain, le M23 éprouve une difficulté majeure. Lorsqu’il occupe un village, il est surpris de voir tous les villageois vider le lieu. Restés seuls dans des localités vidées, ils s’en prennent à la population qu’ils accusent d’être en intelligence avec les FDLR ou les assimilent simplement aux FDLR. Ce qui expliquerait les tueries de Kabindi le 17 juin 2022 où 5 personnes tuées furent jetées dans une fosse septique, celle de Ruvimu/Kasigari (23 personnes tuées et 4 femmes violées) et celles du 1er juillet 2022 à Ruseke où 16 personnes ont été regroupées dans une maison avant d’être achevées. Le M23 sème la terreur dans le Rutshuru.

Qu’on cesse de tromper la RDC. Les deux régimes issus de la violence ethnique appliquent une même idéologie, celle d’offrir par l’extrême violence une partie de la RDC aux populations qui les ont aidés à conquérir le pouvoir. Un jour, c’est le fils au président Museveni, le général Muhozi qui soutient Kigali dans son aventure sur le sol congolais, un autre jour, c’est son père qui twitte pour lui interdire de communiquer. Bien avant, c’est encore James Kabarebe qui déclare : « Les Banyamulenge n’existent pas. Ce sont des Rwandais complexés. » A tour de bras et dans ce jeu de ping-pong, la RDC devient le dindon de la farce en croyant que Kaguta Museveni serait le moindre mal, mieux le mal le plus beau. Tout doit changer dans nos rapports avec nos voisins. Ne laissons aucun voisin nous voler notre espérance.

Nous vous donnons la vraie information et nous en payons le prix. Soutenez-nous. Votre contribution financière est attendue. Contacts utiles : +243 998 190 250 et/ou +243 824 244 844

Mathias Ikem

About NICAISE KIBEL'BEL OKA

Check Also

Agression de la RDC. Entre manipulation et offensive sur Kanyabayonga

  (Le général-major Chicko Tshitambwe en visite de troupes au front. Archives Les Coulisses). Les …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :