Agression du Congo. Agression de l’Ukraine. Guerre à Gaza. Quelle est la part de Dieu dans tout ce drame !

(Goma/RDC. Camp des déplacés ayant fui les attaques de l’armée rwandaise dans le Rutshuru. Photo Les Coulisses).

Quel Dieu priez-vous ? Le Dieu d’Israël, a répondu Kapinga, fervente chrétienne rd-congolaise. La réponse peut paraître paradoxale au regard de ce qui se passe dans la bande de Gaza entre Israël et le Hamas (Palestiniens). Elle peut paraître absurde si on réfléchit sur le drame qui se passe sur le sol congolais, un pays à majorité chrétienne où le jeûne et la prière ont, dans bien des cas, remplacé le travail. Les Congolais prient le Dieu d’Israël.

Mais quel Dieu prient alors les Israéliens quand ils combattent les Palestiniens du Hamas ? La réponse pourrait être le « Dieu

des armées ». Et c’est là toute la différence.

L’Amérique, la nouvelle Israël, la nation rédemptrice, prie le même Dieu qu’Israël y ajoutant le Dieu du pétrole et des minerais. Les Oil men font la guerre partout où il y a du pétrole et les minerais stratégiques comme l’uranium, le cobalt, le colombo, le niobium, le lithium.

Israël est le nom donné par l’ange à Jacob à l’aube au terme de leur affrontement (Genèse XXXII, 28). Ce nom « Israël » désigne celui qui lutte avec Dieu. Donc, Israël, c’est le combattant de Dieu.

Dans la guerre contre les Palestiniens du Hamas, Israël fait application de la formule belliqueuse « Dieu des armées » qui lui octroie une vitalité guerrière, l’extraordinaire volonté d’en découdre et de vaincre l’ennemi palestinien. Bombes larguées dans des hôpitaux, infrastructures détruites, des morts en cascade, déplacement des populations, refus de leur accorder l’aide humanitaire. Toutes les nations négocient, s’agenouillent suppliant Israël d’arrêter. Il reste implacable. Israël est incapable de pardonner. Avec lui, c’est la loi du talion « Œil pour œil, dent pour dent ».

Ou vous êtes avec lui ou contre lui. Le seul courageux qui a osé, c’est la nation Arc-en-ciel jusqu’à la Cour internationale de Justice. Pas même les Arabes. Israël, c’est Yahvé et son peuple, l’essentiel dans la dramaturgie biblique.

La question que je me pose à la manière de Verckys Kiamwangana Mateta : « Quelle est la part de Dieu dans l’agression contre la RDC ? » Quand on sait que derrière Paul Kagame, c’est l’Amérique, c’est la Grande Bretagne, le Canada, l’Union européenne, c’est Israël. Ce sont des multinationales du pétrole et des minerais.

Le pape François l’a dit clairement : « Retirez vos mains de la RDC. Retirez vos mains de l’Afrique. Cessez d’étouffer l’Afrique. Elle n’est pas une mine à exploiter. Ni une terre à dévaliser ».

Dans ce drame de l’absurdité qui se déroule au Congo, même les Conférences épiscopales du monde entier se font aphones, inaudibles. Le Dieu des armées, celui qui permit à l’Ordre du Temple en 1099 de prendre Jérusalem, de conquérir la Palestine et une partie de la Syrie, est resté très loin dans l’histoire. Les Templiers étaient à la fois des religieux et des combattants d’élite appelés à servir en Terre sainte. En RDC, c’est le Dieu d’Israël, à travers le jeûne et les veillées de prière.

Pays chrétien, la RDC sait appliquer l’évangile de l’amour qui exhorte de pardonner et même de prier pour ses ennemis. Parce que le christianisme « à la congolaise » conçu comme religion d’amour s’oppose à un judaïsme martial, vindicatif, religion primitive pétrie de haine, de violence et de vengeance. Le paradis est pour nous, les dix millions de morts congolais.

Paix impossible, guerre improbable, écrivait Raymond Aron. Ceux-là qui font la guerre à notre pays nous rabâchent les oreilles avec des mots tels que « Il faut dialoguer. Il n’y aura pas de solution militaire ». Et depuis, les autorités rd-congolaises sont dans des avions à la recherche de la paix de cimetière, socle de nouvelles violences. Sans tirer les leçons des brassages et mixages durant 18 années. La paix quotidienne est une paix armée.

Or, secret de polichinelle, la diplomatie politique sans la puissance de feu (comme en Russie et avec Israël) n’est que gesticulations, jeu des vilains. Autrement l’ONU aurait réussi à donner la paix dans le monde, en Ukraine, à Gaza, au Soudan. Et au Congo qu’elle abandonne aux mains des prédateurs.

Parce que la paix quotidienne est une paix armée. On doit l’imposer par les armes. Se battre et combattre comme les Croisés. Vaincre ou mourir. Qui dit mieux !

Nous vous donnons la vraie information et nous en payons le prix. Soutenez-nous. Votre contribution financière est très attendue. Contact utile : +243 998 190 250 et/ou +243 824 244 844

Nicaise Kibel’Bel Oka

 

 

 

 

 

About Nicaise Kibel'bel

Check Also

Addis-Abeba. Félix Tshisekedi remet la Feuille de route de Luanda sur la table de discussion

(Addis-Abeda. Félix Tshisekedi et Paul Kagame séparés et en mode « Je t’aime, moi non plus ») …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :